Société
URL courte
851
S'abonner

Malgré les 48.000 euros dépensés pour son installation, l'arbre de Noël de Rome a déjà perdu son éclat et risque de ne même pas tenir jusqu'à Noël. Certains manifestent leur soutien au sapin sur les réseaux sociaux, tandis que d'autres lui adressent des cartes postales.

Rome a dépensé cette année 48.000 euros pour son sapin de Noël, mais ce dernier a d'ores et déjà piètre allure. Au point que certains ne sont pas sûrs qu'il tienne jusqu'à Noël, même s'il ne reste plus que quatre jours. Pour soutenir le sapin, les utilisateurs des réseaux sociaux ont lancé un flashmob. Les habitants de la capitale italienne et les touristes lui envoient des cartes postales.

L'arbre de Noël a été installé au cœur de Rome, sur la place de Venise. La coupe, le transport et l'installation du sapin, haut de 72 mètres, ont coûté, selon le New York Times, 48.000 euros. Mais l'argent ne fait pas le bonheur et la somme astronomique dépensée pour ce sapin ne donne aucune joie à ceux qui le voient.

Les Italiens et les touristes sont très nombreux à plaindre le sapin qui a même mérité un hashtag, #spellachio, ce qui peut être traduit comme «dégarni». Certains le considèrent comme le symbole de la dégradation de Rome et en rejettent la responsabilité sur la maire, Virginia Raggi, et son Mouvement 5 étoiles.

Une véritable campagne de solidarité avec l'arbre de Noël a été lancée sur Internet, mais personne ne sait que faire et, en attendant, les habitants et les touristes qui plaignent le pauvre sapin lui envoient des cartes postales.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Tags:
The New York Times, Noël, Virginia Raggi, Rome, Venise, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook