Ecoutez Radio Sputnik
    les enfants syriens

    Un Français redonne du souffle à l’esprit de Noël pour les enfants syriens

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    Société
    URL courte
    Situation à Alep (2017) (24)
    22430
    S'abonner

    Préparer Noël et offrir des cadeaux aux enfants d’Alep, telle est l’initiative lancée par le Français Pierre le Corf qui est déjà devenue une belle tradition. Depuis l’an dernier, lorsque la ville a finalement été libérée du joug terroriste, l’humanitaire français contribue à créer une ambiance chaleureuse pour les enfants, témoins de la guerre.

    La fin du mois de décembre donne d'un seul coup aux habitants d'Alep deux occasions de faire la fête: ils célèbrent le premier anniversaire de la libération de leur ville du joug terroriste et la fête de Noël. Pierre Le Corf, Français installé à Alep-Ouest depuis plusieurs mois et fondateur de l'ONG humanitaire WeAreSuperheroes, œuvre à multiplier les gestes «d'amitié et de fraternité» en cette période de Noël et organise la distribution de cadeaux aux enfants qui ont subi tant de traumatismes depuis le début de la guerre en Syrie.

    Les «gamins qui ont vécu les choses vraiment difficiles» reprennent le goût de vie et «montrent la vie, montrent l'exemple», explique-t-il. Voici pourquoi c'est malheureux de lire certains commentaires dont les auteurs refusent de comprendre les raisons de cette initiative réalisée en Syrie, poursuit Pierre le Corf.

    Et d'ajouter:

    «Les gamins qui vivent avec les terroristes, ils s'en fichent quand ils voient le Père Noël, ils sont heureux. Peut-être que les gens en Occident, en France ne comprennent pas le concept, que la fête de Noël et le fait de faire des cadeaux, c'est un moment d'amitié, de fraternité, de gentillesse. Peut-être que des gens comprennent pas ça et finalement arrivent à se bloquer sur l'idée de la religion.»

    Dossier:
    Situation à Alep (2017) (24)
    Tags:
    cadeau, enfants, Noël, Pierre Le Corf, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik