Société
URL courte
473
S'abonner

L’ancienne athlète paralympique belge, Marieke Vervoort, a déclaré qu’elle avait décidé d’avoir recours à l’euthanasie. Atteinte d’une maladie dégénérative depuis ses 14 ans, la sportive confie dans une interview au Telegraph que son corps n’arrive plus à supporter la douleur.

Marieke Vervoort, ancienne athlète paralympique, médaillée aux Jeux olympiques de Londres et de Rio, a indiqué sa décision d'avoir recours à l'euthanasie, parce qu'elle «ne pouvait plus souffrir».

La sportive, qui souffre d'une maladie dégénérative paralysant partiellement son corps, avait signé ses papiers pour l'euthanasie en 2008, mais jusqu'à présent n'était pas encore prête pour cela. Tout a changé récemment lorsque ses douleurs quotidiennes sont devenues insupportables.

«Je ne veux plus souffrir. C'est trop dur pour moi maintenant. Je me sens de plus en plus dépressive. Je n'avais jamais eu de tels sentiments avant. Je pleure beaucoup. La neurologue est restée avec moi toute la nuit et j'avais plusieurs spasmes qui s'enchaînaient. Elle a dit que ce n'était pas une crise d'épilepsie. C'était mon corps qui criait, il en a marre», a déclaré la sportive dans une interview accordée au Telegraph.

L'euthanasie est légale en Belgique mais est toutefois encadrée par plusieurs conditions nécessaires pour que la décision d'une personne soit validée.

 

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
Tags:
paralympiens, sportives, paralympique, euthanasie, JO 2016 de Rio de Janeiro, JO-2012 de Londres, Marieke Vervoort, Rio de Janeiro, Londres, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook