Ecoutez Radio Sputnik
    Des planètes

    Les prophéties des Nostradamus des temps modernes pour 2018

    CC0 / Pixabay
    Société
    URL courte
    222145

    «Ce ne sera pas pire», a affirmé le célèbre astrologue russe Pavel Globa en évoquant 2018. La fin du monde n'est pas pour l'année prochaine, mais la menace émanant du Proche-Orient persistera, a affirmé le voyant Valéry Moskovtchenko. Il ne faut pourtant pas être astrologue pour l'affirmer, il suffit de s'intéresser à la géopolitique.

    Pour l'année prochaine, les astrologues sont loin d'être unanimes et leurs prédictions sont très différentes. Certains considèrent 2018 avec une grande part d'optimisme et promettent au monde le bien-être et la solution des problèmes globaux, tandis que d'autres voient la crise économique s'approfondir et le nombre de catastrophes naturelles se multiplier.

    Voici les prédictions de voyants russes dont le plus célèbre est incontestablement Pavel Globa, réputé en Russie pour la fiabilité de ses pronostics (justes à 80%). Il avait notamment prédit la montée en puissance du duo Poutine-Medvedev, l'effondrement de l'URSS et l'attentat du 11 septembre aux États-Unis.

    Désaccords politiques en Europe

    Selon lui, «ce ne sera pas pire, mais il ne faut pas s'attendre non plus à de grands changements avant 2020-2021».

    Toutefois, l'année prochaine n'augure rien de bon pour les pays européens. Les désaccords politiques deviendront la pomme de discorde entre les membres de l'Union européenne qui ne pourront jamais se mettre d'accord. Dans ce contexte, il se peut que le Royaume-Uni rompe toutes ses relations avec l'UE, a-t-il estimé.

    En outre, l'Italie et le Portugal devront faire face à des budgets déficitaires, ce qui les conduira en fin de compte à une mesure forcée, celle de l'annonce de la faillite. Les problèmes intérieurs s'aggravant de plus en plus, les premiers signes de scission entre les pays de l'Union européenne deviendront particulièrement évidents.

    Le mouvement «initié par le Brexit se développera, mais en mode atonique jusqu'en 2020. Une réaction en chaîne pourrait commencer en 2021»,

    ce qui pourrait conduire au final à un changement des frontières de l'UE: la carte politique de l'Europe verrait apparaître plusieurs nouvelles formations, comme l'union entre la Scandinavie et les pays baltes, tandis que la France, l'Italie et l'Espagne pourraient mettre en place les États sud-européens.

    Cependant, ce ne sont pas les seules difficultés qui attendent l'Europe qui, toujours selon Pavel Globa, sera confrontée à une brusque chute du cours de l'euro.

    En ce qui concerne les États-Unis, ce ne sera pas non plus la vie en rose en 2018. Parmi les problèmes qui s'abattront sur le pays, Pavel Globa cite la perte des principales positions sur la scène internationale. Les processus en cours aux USA déboucheront sur la déstabilisation de l'économie, entraînant une vague de grogne et un grand nombre de meetings, les Américains manifestant d'ores et déjà leur mécontentement pour la politique intérieure et étrangère de leur gouvernement après le départ de Barack Obama. Sur fond de cette période de troubles, les autorités consacreront toutes leurs forces à la stabilisation de la situation à l'intérieur du pays, ce qui fera perdre à Washington son leadership sur la scène internationale, a affirmé l'astrologue russe.

    La Russie connaîtra elle aussi des temps difficiles, mais réussira à consolider ses positions au niveau mondial, notamment grâce au renforcement de l'Union eurasiatique où les premiers rôles seront tenus par la Russie, la Chine et l'Inde. Pavel Globa a indiqué que l'économie russe se relèverait, mais que la croissance économique serait due essentiellement à la hausse des prix des ressources énergétiques.

    En ce qui concerne les relations bilatérales entre Moscou et Washington, «un ennemi commun nous obligera à nous unir, a-t-il noté. Comme toujours, l'Occident élèvera lui-même son monstre. Et il ne s'agit pas de la Corée du Nord, mais des organisations interdites [comme Daech, ndlr]. Tout tournera autour de l'Iran et tout le monde devra s'unir face à un seul ennemi. On n'aura tout simplement pas le choix».

    Et puisque tout est cyclique, ce cycle-là «ne s'achèvera qu'en 2040», a-t-il fait remarquer.

    Il a ajouté que les problèmes de l'Ukraine et de la Syrie ne seraient pas résolus en 2018.

    En ce qui concerne les fléaux naturels, Pavel Globa estime que la Terre «nous en veut» et que l'humanité en subira les fâcheuses conséquences, surtout en septembre et en octobre. Ainsi, le Royaume-Uni, l'Italie et les Balkans verront s'abattre sur eux des pluies diluviennes qui engloutiront plusieurs grandes villes. Le danger de glissements de terrain augmentera considérablement en Europe, alors que la Russie verra monter la menace d'incendies de forêt. Un nombre record d'inondations s'abattra sur le monde entier, a-t-il pronostiqué.

    Prochaine désagrégation de l'Otan?

    Tamara Globa, la femme astrologue la plus célèbre de Russie et ex-épouse de Pavel Globa, prédit pour sa part une prochaine désintégration de l'Otan suite à l'affaiblissement des positions américaines sur la scène internationale.

    Pour ce qui est de l'avenir de la Russie, elle le voit plutôt radieux et promet un accroissement du niveau de vie de la population.

    Le danger terroriste persiste

    Le professeur Alexandre Zaraïev, président de l'École d'astrologie de Russie, constate lui aussi l'approfondissement des processus destructeurs en Europe occidentale et prévoit une éventuelle scission de l'Union européenne qui, outre ses frontières géographiques, pourrait modifier les bases juridiques et économiques de son fonctionnement.

    Après le changement de leader aux États-Unis, les astres voient se profiler un risque d'aggravation des conflits entre les civilisations musulmane et chrétienne, ce qui signifie qu'il ne faut pas s'attendre pour le moment à la cessation des hostilités ni à la réduction du danger terroriste.

    L'astrologue prédit une augmentation des problèmes sociaux en Russie, mais promet une amélioration de la situation économique. Toutefois, la crise ne s'achèvera qu'en 2024, à la fin d'un cycle de 12 ans.

    Quid de la situation internationale?

    Pour Vassilissa Volodina, astropsychologue et présentatrice de télévision, les astres prédisent le risque d'aggravation des conflits internationaux, car chacun des représentants des élites politiques tirera la couverture à soi et il n'y a aucun compromis en prévision. Une telle situation aura un impact négatif sur la vie des habitants de nombreuses régions de notre planète, étant donné que les affrontements militaires, notamment pour des raisons religieuses, feront un grand nombre de victimes.

    Selon elle, de nombreux pays changeront de chef vers le milieu de 2018. C'est alors que l'on pourra s'attendre à une atténuation des différends et à une réduction des opérations militaires. Chaque pays étant confronté à ses propres problèmes, les politiciens seront obligés de maintenir des relations de bon voisinage.

    À la différence de nombreux autres astrologues, Vassilissa Volodina ne voit pas de croissance économique pour la Russie, ni d'ailleurs de réformes à succès ou de changements sociaux favorables. Ce n'est qu'à la fin de 2018 qu'elle estime possible une entente avec l'Occident au sujet de l'assouplissement, voire de la levée des sanctions.

    Nouveau format pour les négociations sur le problème ukrainien

    L'astrologue ukrainien Vlad Ross a pour sa part évoqué le conflit dans son pays: il estime que Minsk ne sera plus le centre de solution du problème. Il se peut qu'un forum absolument nouveau avec un format absolument différent soit mis en place pour les négociations, a-t-il indiqué.

    Une nouvelle étape pour le conflit au Proche-Orient?

    Un autre voyant ukrainien, Valéry Moskovtchenko, a parlé du conflit au Proche-Orient où il voit une période de rémission pour 2018. Il insiste toutefois qu'il s'agit d'une rémission et non d'une guérison: le conflit passera à l'étape de «feu couvant», mais ne trouvera pas encore de solution définitive. Une nouvelle vague d'opérations militaires est possible dans le second semestre de l'année, a-t-il estimé.

    Le futur des relations russo-européennes

    Enfin, un petit retour en arrière pour «écouter» Wolf Messing (1899-1974), le médium soviétique qui aurait mis ses talents de télépathe au service de Staline. Selon lui, l'UE devra redoubler d'efforts pour ne perdre aucun de ses membres, vu la présence de prémisses à la désintégration de cette union. Toutefois, Wolf Messing n'avait pas prévu de scission pour l'année prochaine, malgré d'importants problèmes entre les chefs d'État. C'est aux alentours de 2018 qu'il prédisait une relance des relations dégradées avec la Russie.

    Toutefois, il faut constater que de nombreuses prédictions se fondent sur des réalités évidentes dont la dynamique n'est pas difficile à suivre.

    Lire aussi:

    «Sans réformes, l'UE ne durera pas jusqu'aux années 2030»
    Johannes Hübner: «Il faut liquider l'Otan aussi vite que possible»
    Nouvelles sanctions, la Russie dit... merci et garde le cap
    Tags:
    prédictions, Daech, OTAN, Union européenne (UE), Pavel Globa, Inde, Chine, Washington, Moscou, Corée du Nord, Syrie, Royaume-Uni, Balkans, Europe occidentale, Proche-Orient, Ukraine, Portugal, Italie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik