Ecoutez Radio Sputnik
    jambes

    Mécontent d’un service sexuel, il va porter plainte et la police dresse le PV contre lui

    © AFP 2018 Loic Venance
    Société
    URL courte
    4143

    Un jeune homme achète un certain service sexuel dans un salon de massage en Suède. Insatisfait de la qualité du service, il demande à être remboursé, ce qui lui a été refusé. Épris de justice, le client mécontent se plaint à la police et finit par se retrouver lui-même dans le collimateur des forces de l’ordre.

    L'incident a eu lieu dans la ville suédoise de Malmö. Un jeune homme de 20 ans est allé dans un salon de massage en centre-ville. Après une séance de massage, on lui a proposé une «finition», ce qu'il a accepté et payé, lit-on sur la plateforme 24malmo.se.

    Cependant, n'est pas satisfait de la qualité du service, il a exigé de se faire rembourser. Lorsque le salon le lui a refusé, le client vexé a décidé d'aller se plaindre à la police pour faire valoir ses droits de «consommateur». Le type de services sexuels fournis n'a pas été précisé.

    En vertu d'une loi suédoise instaurée en 1999, les services sexuels sont interdits dans le pays. Cette infraction à la loi peut entraîner une amende ou plusieurs mois de prison. La police a donc été obligée de monter un dossier contre la «victime» de l'injustice.

    «Il est resté mécontent de l'exécution d'un service sexuel et s'est adressé à la police. Quand il nous a contactés, nous avons immédiatement rédigé un PV pour achat d'un service sexuel pour lequel il est soupçonné», a commenté la police locale.

    La police va également se renseigner sur l'établissement en question, qui est également soupçonnée de fraude.

    Lire aussi:

    Âge du consentement sexuel, Marlène Schiappa s’aligne sur le haut
    Berlin après Cologne? L’Allemagne de nouveau frappée par le harcèlement sexuel
    La Bundeswehr enregistrerait une augmentation des crimes sexuels dans ses rangs
    Tags:
    sexe, loi, police, Malmö, Suède
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik