Ecoutez Radio Sputnik
    Stephen Hawking

    Comment réussir sa vie et être heureux? Demandez-le à Stephen Hawking

    © NASA. Paul E. Alers
    Société
    URL courte
    5323
    S'abonner

    Stephen Hawking, le physicien vivant le plus célèbre du monde, a fêté le 8 janvier dernier son 76e anniversaire en donnant une conférence au Royal Institute de Londres. Voici quelques recommandations de sa part.

    Il y a 33 ans, les médecins voulaient débrancher les appareils de Stephen Hawking, ce scientifique qui a surmonté une maladie dégénérative et est devenu un physicien célèbre. Il était sur le point de mourir de sa sclérose latérale amyotrophique (SLA) découverte à l'âge de 21 ans. La durée de vie moyenne d'une personne diagnostiquée se situe entre deux et cinq ans. Seul un malade sur deux dépasse le cap des trois ans. Stephen Hawking ne devrait plus être de ce monde depuis longtemps. Et pourtant, il est là. À nous parler des mystères de l'univers, à faire des pronostics sur le développement de l'intelligence artificielle ou encore à nous donner quelques conseils:

    «Regardez vers les étoiles et pas vers vos pieds. Essayez de donner un sens à ce que vous voyez et demandez-vous ce qui fait que l'univers existe. Soyez curieux

    C'est sans doute lui qui sait mieux que quiconque comment réconforter ceux qui traversent une période de stress ou de simple déprime, ceux qui ont sombré dans la dépression et l'angoisse qu'il a comparées à des trous noirs.

    «Les trous noirs ne sont pas aussi noirs que l'on pense. Ce ne sont pas les prisons éternelles pour ce qui s'y retrouve. Certaines choses peuvent en sortir et se retrouver éventuellement dans un autre univers. Par conséquent, si vous sentez que vous êtes dans un trou noir, ne paniquez pas et n'abandonnez pas: il existe une porte de sortie», a-t-il affirmé.

    Complètement paralysé, il continue ses recherches et inspire un grand nombre de personnes en leur expliquant non seulement l'espace et l'univers, mais également notre monde à nous.

    «Dans la vie, j'ai eu la malchance d'être entravé par une maladie des motoneurones. En revanche, j'ai eu de la chance dans la quasi-totalité des autres domaines. J'ai la chance de travailler en physique théorique, l'un des rares domaines dans lesquels le handicap n'est pas quelque chose de très grave», a-t-il indiqué.

    Le grand scientifique conseille vivement de garder le moral au beau fixe quelles que soient les épreuves que nous réserve la vie, quel que soit le handicap qui nous a frappés:

    «Les gens n'auront pas de temps pour vous si vous êtes toujours en colère ou en train de vous plaindre.»

    «Les personnes handicapées devraient se concentrer sur les choses que leur handicap ne les empêche pas de faire, sans regretter ce dont elles sont incapables.»

    Son secret du bonheur est de travailler ferme et de savoir garder sa bonne humeur en toutes circonstances:

    «Le travail vous donne le sens et le but de la vie qui est vide sans lui.»

    «Aussi horrible que la vie puisse paraître, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire ou un domaine dans lequel vous pouvez rencontrer le succès. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.»

    «Je ne peux pas dire que mon état physique m'aide dans le travail, mais il m'aide à me concentrer sur les études en évitant les conférences ennuyeuses.»

    Pour ce qui est du domaine des activités, Stephen Hawking raconte qu'il s'est intéressé à la physique et aux mathématiques dès son plus jeune âge, mais que dans la famille, seul son fils aîné, Robert, a suivi sa voie: il est spécialiste des logiciels et travaille chez Microsoft. «Ma fille, Lucy, a étudié le russe et le français et est journaliste [et romancière, ndlr].» Son fils cadet, Tim, s'est lui aussi tourné vers l'étude des langues (le français et l'espagnol). «J'ai aussi un petit-fils, William, qui adore les ordinateurs», a indiqué le grand scientifique dont une des nombreuses citations est consacrée à ce sujet:

    «Nous sommes tous maintenant reliés par Internet, tout comme des neurones dans un cerveau géant.»

    Toujours selon Stephen Hawking, l'important, c'est de garder le sourire:

    «La vie serait tragique si elle n'était pas si drôle.»

    Et de ne jamais dramatiser la situation:

    «Si je devais choisir quel super-héros je pourrais être, je choisirais Superman. Il est tout ce que je ne suis pas.»

    Les erreurs, tout le monde en commet et il ne s'agit surtout pas d'en faire toute une histoire:

    «La prochaine fois que quelqu'un se plaindra de l'une de vos erreurs, dites-lui que c'est peut-être une bonne chose parce que sans imperfection, ni vous, ni moi n'existerions.»

    D'autant plus que:

    «Le principal ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance, mais l'illusion de la connaissance ».

    Comme tout humain, Stephen Hawking n'est pas indifférent au sujet de la mort:

    «Je n'ai pas peur de la mort, mais je ne suis pas pressé de mourir. J'ai tellement de choses à faire.»

    «La perspective d'une mort précoce m'a fait comprendre que la vie vaut la peine d'être vécue.»

    «L'homme est l'unique animal à savoir que la mort est inéluctable, mais il est aussi l'unique à en douter.»

    Comme personne, il sait expliquer les choses compliquées en termes simples et rendre accessible l'incompréhensible, même des problèmes et des débats scientifiques aussi sérieux que les voyages dans le temps:

    «La question de la possibilité de voyager dans le temps reste ouverte. Mais je ne vous conseillerai pas de faire un pari: et si votre interlocuteur trichait et qu'il connaissait déjà l'avenir?»

    «Dix dimensions, ça peut paraître tentant pour les scientifiques, mais si dans un tel espace vous oubliez l'endroit où vous vous êtes garé, vous aurez de sérieux problèmes.»

    Stephen Hawking ne peut pas non plus passer sous silence l'idée de Dieu et de la création du monde:

    «Dieu peut exister, mais la science peut expliquer l'univers sans besoin d'un créateur.»

    Ni le sujet de la prédestination:

    «J'ai remarqué que même les gens qui prétendent qu'on ne peut rien changer au destin regardent des deux côtés de la rue avant de traverser.»

    Lui qui avait plus que n'importe qui des raisons de perdre tout espoir a continué non seulement à vivre, mais à travailler et à le faire avec un enthousiasme qui suscite l'admiration.

    Un seul secret lui semble impossible à être percé: «Les femmes. Elles sont un mystère à part entière.»

    Tags:
    conseils, Stephen Hawking
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik