Société
URL courte
12122
S'abonner

Le multimilliardaire américain Bill Gates a versé plus de 40 millions de dollars à GALVmed, une organisation à but non lucratif, qui se spécialise dans les recherches génétiques et produit des vaccins pour le bétail afin de créer une «vache parfaite».

Le projet de création d'une «vache parfaite» qui serait capable de produire autant de lait qu'une vache européenne, mais qui résisterait à la chaleur aussi bien qu'une vache africaine, a été financé par le fondateur de Microsoft, Bill Gates, a annoncé le portail Business Insider.

Ainsi, M. Gates a investi 40 millions de dollars dans l'Alliance mondiale pour les médicaments vétérinaires du bétail, ou GALVmed, une organisation à but non lucratif basée à Édimbourg, en Écosse, qui mène des recherches sur les vaccins et la génétique du bétail.

«L'efficacité du travail pour chaque dollar que nous dépensons ici est très élevée: vous pouvez avoir une vache quatre fois plus productive avec la même capacité de survie», a-t-il déclaré.

Bien que l'on ne sache pas exactement comment ces vaches seront produites, M. Gates a déjà proposé de créer des vaches via une insémination artificielle.

Sa donation, faite par l'intermédiaire de son organisation philanthropique, la Fondation Bill et Melinda Gates, fait partie d'un investissement important qui inclut l'argent du Département britannique pour le développement international.

Au total, le couple a offert 35 milliards de dollars depuis 1994 à des œuvres de bienfaisance. Selon les estimations de Forbes, la fortune de Bill Gates est évaluée à 92 milliards de dollars.

Lire aussi:

Voici pourquoi il ne faut jamais conserver les œufs dans la porte d’un réfrigérateur
Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
Ce métal sept fois plus cher que l’or est menacé par les voitures électriques
«Je reconnais ma faute»: ce golden retriever fait le coupable devant sa propriétaire
Tags:
recherches, argent, vaches, science, Bill Gates
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook