Ecoutez Radio Sputnik
    Campus de l'Institut royal de technologie de Stockholm

    Des étudiants suédois forcés d'écrire des essais sur les «privilèges de l’homme blanc»

    CC BY 2.0 / Carles Tomás Martí / KTH Valhallavägen
    Société
    URL courte
    6317

    Les étudiants en génie informatique de l'Institut royal de technologie de Stockholm ne peuvent pas compléter leur formation sans coucher sur du papier leurs réflexions sur les bénéfices d'être un homme blanc hétérosexuel, selon Nyheter Idag.

    Outre les mathématiques et la programmation, les étudiants de l'Institut royal de Technologie de Stockholm (KTH) ayant choisi le génie informatique comme matière principale doivent suivre un cours obligatoire Cohésion de programme qui prévoit des séminaires et un essai sur les minorités et l'égalité de traitement, écrit le journal en ligne Nyheter Idag.

    Selon ses rapports, les étudiants de la première année doivent écrire un essai entre 500 et 900 mots sur les bénéfices d'être un homme blanc hétérosexuel, élevé en Suède et ayant une apparence nordique ou occidentale, selon le programme d'études publié sur le site universitaire.

    Pour prendre part aux séminaires, les étudiants sont notamment invités à prendre connaissance d'articles concernant la campagne #Metoo contre le harcèlement sexuel et voir un film consacrée à la vie d'un noir dans un pays nordique.

    Selon le professeur Viggo Kann cité par Nyheter Idag, les thèmes des minorités et de l'égalité de traitement figurent dans le programme depuis déjà trois ans. «Une vaste majorité» d'étudiants sont d'après lui «très positifs» à cet égard.

    Or, les internautes suédois sont plutôt divisés à l'égard d'une telle approche de l'éducation technologique. «Je me suis engagé dans ce programme pour étudier les ordinateurs et non la mode politique contemporaine», s'exclame un utilisateur qui se présente comme étudiant de KTH sur le forum Flashback.

    Pour un certain Darko Crncevic, la nouveauté en question ne constitue «rien d'autre que l'endoctrinement». Selon lui, «le postmodernisme gagne du terrain dans l'académie comme une tumeur maligne». Dans le même temps, de nombreuses voix s'élèvent en faveur de cet aspect inattendu des cours universitaires.

    Lire aussi:

    100% de dette publique: c’est grave docteur?
    Échanges universitaires: la coopération franco-russe en plein essor
    Les jeunes plus que jamais en désamour avec la politique
    Tags:
    harcèlement sexuel, minorités, université, éducation, Institut royal de Technologie de Stockholm (KTH), Suède
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik