Société
URL courte
350
S'abonner

Des scientifiques japonais ont trouvé un lien entre la vitesse d’ingurgitation de la nourriture, l'indice de masse corporelle (IMC) et le tour de la taille, et sont arrivés à une conclusion surprenante: manger plus lentement ferait maigrir!

Des chercheurs japonais de l'Université de Kyushu ont mené une étude auprès de 60.000 personnes atteintes de diabète de type 2, une maladie qui résulte souvent d'un problème de surpoids. Selon leurs recherches, réalisées entre 2008 et 2013, il y aurait une corrélation nette entre la vitesse à laquelle on mange et l'évolution du poids.

Les personnes disant manger «lentement» (7% d'entre elles) avaient dès le départ un tour de taille moins élevé en moyenne. Seulement 21,5% étaient en surpoids (un IMC supérieur à 25). Chez les personnes disant manger à une vitesse «normale» (56%) et «vite» (37% d'entre elles), le surpoids était plus fréquent, avec respectivement 36,5% et 44,4%. Et elles avaient un IMC plus élevé, selon l'étude japonaise publiée dans la revue BMJ Open le 12 février 2018.

Mais surtout, ceux qui ralentissaient avaient tendance, selon les chercheurs, à perdre du poids. Même si la diminution du tour de taille est faible, elle est plus marquée chez ceux qui mangent lentement ou normalement.

Le portail Pourquoi Docteur rappelle que le nombre de personnes obèses à pratiquement doublé depuis 1975.

«En 2016, plus de 1,9 milliard d'adultes, personnes de 18 ans et plus, étaient en surpoids. Sur ce total, plus de 650 millions étaient obèses», précise l'Organisation Mondiale de la santé (OMS).

Lire aussi:

Voici pourquoi il ne faut jamais conserver les œufs dans la porte d’un réfrigérateur
Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
Ce métal sept fois plus cher que l’or est menacé par les voitures électriques
«Je reconnais ma faute»: ce golden retriever fait le coupable devant sa propriétaire
Tags:
poids, obésité, diabète
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook