Société
URL courte
6319
S'abonner

Une association à but non lucratif de la ville allemande d’Essen s’est vue passer au crible de la critique à cause de son attitude xénophobe prétendue. Selon Jörg Sartor, son responsable, les membres de son équipe ont actuellement peur de venir travailler.

Un graffiti contenant les mots «F*** Nazis» est apparu le 25 février sur les portes et sur des camions d'une banque alimentaire à Essen, non loin de Dortmund, en Allemagne. L'association qui porte le nom de Tafel s'est trouvée au cœur de vifs débats la semaine dernière après qu'elle a introduit une règle qui refuse de distribuer de nouvelles cartes d'adhésion à des étrangers, donc en donnant la priorité aux citoyens allemands.

​En s'exprimant à ce sujet sur la chaîne publique WDR, le responsable de Tafel, Jörg Sartor, a jugé que le vandalisme était un «jeu d'enfant», tout en ajoutant que l'association entendait continuer son travail malgré un sentiment d'un certain malaise à cause de cet incident.

​​En outre, lors d'une conférence de presse ayant eu lieu le 22 février, M.Sartor a déclaré que le nombre de nouveaux arrivants, qui deviennent membres de la banque alimentaire d'Essen, avait augmenté de 75%. De ce fait, des Allemands d'un certain âge ont peur de venir aux distributions hebdomadaires.

Cette initiative a toutefois suscité de vives réactions parmi les responsables d'autres banques alimentaires allemandes, ainsi que dans la classe politique. Cité par Der Spiegel, Joachim Stamp, le ministre de l'Intérieur de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie où Essen est située, a indiqué que c'est «le niveau des besoins, pas le pays d'origine» qui devrait être le facteur déterminant.

Lire aussi:

Un ancien ministre de Hollande et Mitterrand entendu sur des accusations de viols sur mineur
Les États-Unis s’abstiennent de partager leurs vaccins anti-Covid avec d’autres pays
Une boule de titane pesant 41 kg et présentant des écritures cyrilliques trouvée sur une plage aux Bahamas
Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Tags:
repas, vandalisme, migrants, nazis, Dortmund, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook