Société
URL courte
32747
S'abonner

Les 230 pom-pom girls nord-coréennes revenues à Pyongyang après les Jeux olympiques de Pyeongchang seraient en réalité des «esclaves sexuelles» «forcées à avoir des rapports sexuels avec les principaux collaborateurs de Kim Jong-un» en Corée du Nord, d’après le journal Daily Mail.

La célèbre «armée des beautés» nord-coréenne, qui a encouragé sa délégation aux Jeux olympiques de Pyeongchang, serait en fait composée d'«esclaves sexuelles» des proches de Kim Jong-un, révèle le journal Daily Mail.

«Des déserteurs ont prétendu que les pom-pom girls étaient destinées à fournir des services sexuels au Parti du travail de Corée, le parti politique communiste auquel tout citoyen nord-coréen doit faire allégeance», écrit le média dans un article.

Des pom-pom girls nord-coréennes arrivent en Corée du Sud
© REUTERS /
Des pom-pom girls nord-coréennes en Corée du Sud

Ainsi, les 230 pom-pom girls nord-coréennes seraient sous surveillance constante, il leur serait interdit d'interagir avec d'autres hommes à l'exception de leurs gardiens de sexe masculin.

Selon des transfuges, ces jeunes femmes seraient également obligées d'assister aux fêtes où participent le dirigeant nord-coréen et son entourage… où elles couchent avec eux par la suite.

​«Elles participent aux événements du Parti du travail de Coré et doivent coucher avec les gens là-bas, même si elles ne le veulent pas», a confié l'un des interlocuteurs du média.

Cependant, les journalistes n'ont pas réussi à poser des questions aux belles Nord-Coréennes pour apprendre s'il s'agit de la vérité ou de simples rumeurs. Les autorités du pays n'ont pas commenté ces informations. 

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
pom-pom girls, sexe, esclavage sexuel, sport, Kim Jong-un, Corée du Nord, Corée du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook