Société
URL courte
1152
S'abonner

Un anthropologue pense avoir découvert les restes de l’aviatrice américaine Amelia Earhart, première femme à avoir traversé l'océan Atlantique, disparue mystérieusement en 1937 et laissant apparaître de nombreuses hypothèses sur son destin.

Les restes humains découverts en 1940 sur une île inhabitée appartiennent avec une probabilité de 99% à la légendaire pilote américaine Amelia Earhart, estime l'anthropologue Richard Jantz de l'Université du Tennessee dont l'étude a été publiée par la revue Forensic Anthropology.

Amelia Earhart est la première femme qui a entrepris un vol transatlantique. Elle a disparu en 1937 lors d'un vol autour du monde dans la région de l'archipel des îles Phœnix.

En 1940, un officier britannique trouva sur l'île inhabitée de Nikumaroro des restes que les experts considéraient comme masculins. Il a été supposé qu'ils appartenaient au navigateur Fred Noonan.

Cependant, l'anthropologue Richard Jantz de l'Université du Tennessee est persuadé que les experts se sont à l'époque trompés.

L'anthropologue a réexaminé les paramètres des os et les a comparés avec les données sur la taille et le poids d'Amelia Earhart. En outre, le scientifique a analysé les photos et les vêtements de la pilote afin de déterminer plus précisément ses proportions.

Après cela, les paramètres estimés d'Amelia Earhart ont été comparés à ceux de 2.700 personnes, choisies aléatoirement. Dans 99% des cas, les ossements trouvés sur l'île appartenaient plutôt à la pilote disparue qu'à d'autres personnes. «Tant que des preuves irréfutables que ce ne sont pas ses restes ne sont pas présentées, l'argument le plus convaincant est que ce sont les restes d'Amelia Earhart», a souligné Richard Jantz.

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Macron: la France va envoyer le porte-avions Charles-de-Gaulle et son groupe aéronaval au Levant
Tags:
ossements, disparition, pilote, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik