Ecoutez Radio Sputnik
    Prince

    Un rapport confidentiel révèle de nouveaux détails sur la mort de Prince

    © REUTERS / Chris Pizzello
    Société
    URL courte
    9620

    L'icône de la pop décédée soudainement en avril 2016 avait dans son corps une concentration «excessivement élevée» de fentanyl, un puissant antidouleur opiacé, révèle un rapport médical dévoilé par Associated Press.

    Au moment de sa mort, Prince avait dans son corps une dose record de Fentanyl, un puissant analgésique opiacé, indique un rapport toxicologique consulté par Associated Press et qui contient les conclusions de l'autopsie.

    Le corps du chanteur, disparu à l'âge de 57 ans, a été retrouvé le 21 avril 2016 dans un ascenseur de son domaine de Paisley Park. La conclusion tirée six semaines plus tard a montré que Prince était mort des suites d'une overdose de Fentanyl, confirmant ce qui est devenu l'hypothèse privilégiée pour expliquer le décès brutal du chanteur américain.

    Mais ce nouveau rapport révélé par Associated Press donne des indications plus précises concernant la concentration du médicament dans le corps du chanteur et ne laisse plus de doute que celui-ci a été à l'origine de son décès.

    «La concentration dans le sang est excessivement élevée, même pour quelqu'un qui souffre de douleurs chroniques», a indiqué le Dr. Lewis Nelson, chef aux urgences à la Rutgers New Jersey Medical School.

    Selon le rapport, il y avait 67.8 microgrammes de fentanyl par litre de sang dans le corps de Prince alors que des conséquences fatales avaient été enregistrées chez des patients avec une concentration entre trois et 58 microgrammes par litre de sang.

    Le Fentanyl est un médicament antidouleur considéré comme 50 à 100 fois plus puissant que la morphine, selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

    Fin mai, le Minneapolis Star Tribune avait indiqué que le chanteur avait entamé lors des semaines précédant son décès un traitement de sevrage prescrit par un médecin du Minnesota.

    Un spécialiste californien des addictions, le docteur Howard Kornfeld, a, par ailleurs, révélé avoir été contacté par l'entourage de Prince la veille du décès, pour solliciter ses services.

    Lire aussi:

    Le rapport de l’OIAC prouverait l’«innocence» du Novitchok, selon un créateur de cet agent
    Un hommage posthume à Prince digne d’un souverain (images)
    Des politiques dans la peau de SDF dorment dehors pour les soutenir (vidéo)
    Tags:
    médicaments, décès, Prince
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik