Ecoutez Radio Sputnik
    Shirin Nobahari

    Qui est Shirin Nobahari, la femme la plus musclée d’Iran? (vidéo)

    © Photo. Capture d'écran: YouTube / Sputnik France
    Société
    URL courte
    0 163

    Être une femme culturiste est-il compatible avec les mœurs de l’Iran? L’histoire de Shirin Nobahari prouve que rien n’est impossible. Un grand amour du sport opposé aux menaces, aux raillerie et à l’incompréhension: l’Iranienne la plus musclée de la République islamique raconte son chemin pavé d’obstacles.

    Shirin Nobahari avait 14 ans lorsqu'elle s'est retrouvée dans un gymnase pour la première fois. «Dès mon enfance, j'ai aimé le sport, tout ce qui est lié à la beauté du corps musclé», raconte-t-elle à Sputnik et ajoute: «Je ne savais jamais quel avenir m'attendait.»

    Depuis, la jeune femme a obtenu un diplôme en architecture, mais n'a pas abandonné sa passion. Tout au contraire: à elle seule, sans l'aide d'un entraîneur, Shirin s'est mise à travailler son corps d'après des vidéos et des revues pour en arriver à un résultat pour le moins spectaculaire et devenir elle-même entraîneur de bodybuilding féminin.

    «Je ne vais pas le nier, j'aurais pu obtenir des résultats beaucoup plus importants si j'avais eu des conditions un peu différentes: un entraîneur et une formation sportive», indique-t-elle.

    Aujourd'hui, son corps sculpté comme un culturiste chevronné impressionne la Toile… mais aussi perturbe sa vie au quotidienne. En cause, les mœurs strictes de son pays qui ne reconnaissent pas le bodybuilding féminin. Conséquence: l'incompréhension et même des menaces régulièrement lancées à son encontre.

    «J'ai été reconnue comme la seule femme culturiste en Iran. C'était la démarche la plus audacieuse et la plus osée dans ma vie, mais aussi l'aventure la plus complexe et la plus dangereuse», raconte-t-elle.

    Le compte Instagram de Shirin est bloqué depuis quelques mois. «Je recevais beaucoup de menaces. Chaque jour, des utilisateurs me faisaient savoir qu'ils ne pouvaient pas regarder mes photos», affirme la femme.

    Selon la culturiste, le bodybuilding féminin rencontre de nombreux problèmes dans son pays: le manque de managers sportifs, le rejet des femmes qui pratiquent ce sport en plus des railleries à leur encontre.

    Malgré ces obstacles, Shirin ne compte pas s'arrêter en si bon chemin et envisage de militer pour promouvoir le sport qu'elle aime tant.

    «Je suis très désireuse de faire aboutir les choses. Mais, il ne sera pas possible de les réaliser ici. Les femmes iraniennes sont pleines d'assiduité et de courage. Et moi, en tant que femme iranienne, je continuerai mon chemin. Le lieu où poursuivre activité se trouve apparemment ailleurs», résume-t-elle.

    Lire aussi:

    «Dame de fer» russe: l'histoire d'une boxeuse qui ne s'arrête devant rien
    Le championnat de bodybuilding et de body-fitness à Novossibirsk
    Entre Russes à Paris et Français à Moscou: que leur manque-t-il le plus?
    Tags:
    femme, culturiste, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik