Société
URL courte
15727
S'abonner

Ne rêvez-vous jamais d’hériter d’une somme conséquente? Un Italien a reçu près de trois milliards de lires de son grand-père, mais il ne peut pas les utiliser puisque la banque centrale italienne a cessé d'échanger cette monnaie retirée de la circulation en 2012.

Son grand-père a fait fortune en Italie et a déménagé en Suisse, où il a passé les dernières années de sa vie. Il est mort l'été dernier à l'âge de 89 ans et son seul héritier était son petit-fils, un banquier de 48 ans nommé Luigi, qui entretenait une relation permanente avec son grand-père.

«Je savais que mon grand-père était riche, il a réussi à amasser une bonne fortune. Il m'a laissé deux appartements, de l'argent dans deux comptes et un paquet d'actions… Mais quand j'ai ouvert avec le directeur de la banque un coffre bancaire dont je ne savais rien, j'ai été incroyablement surpris», a-t-il déclaré, cité par le journal Il Corriere della Sera.

Au total, il y avait 2 milliards 950 millions de lires italiennes. «Les amener en Italie n'a posé aucun problème, c'est donc une question d'argent n'ayant aucune valeur et aucune opportunité de les mettre en circulation», a-t-il noté.

Les obstacles pour Luigi ont été le temps et les règles financières de l'État: après l'introduction de l'euro en 2002, la Banque d'Italie a donné aux citoyens 10 ans pour se débarrasser des lires. Le taux de change était de 1.936 lires pour un euro, ainsi l'héritage de Luigi aurait dépassé 1,5 million d'euros.

Actuellement, ses avocats espèrent se référer au fait que la période établie de dix ans pour l'échange des lires en euros dans ce cas ne devrait pas commencer à partir de 2002, mais à partir du moment où Luigi a découvert son héritage.

Lire aussi:

Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Tags:
euro, héritage, lire italienne, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook