Société
URL courte
0 111
S'abonner

Répondant aux appels des organismes de sécurité nationale qui affirment que de nombreuses attaques dans le pays ont été coordonnées via Telegran, la justice iranienne a interdit l'utilisation de la messagerie cryptée.

La justice iranienne a interdit l'utilisation de l'application de messagerie sécurisée Telegram pour des raisons de sécurité nationale, rapporte lundi la télévision publique iranienne.

«Compte tenu des diverses plaintes de citoyens iraniens contre le réseau social Telegram, et se fondant sur la demande des organismes de sécurité chargés de lutter contre les activités illégales de Telegram, la justice interdit son utilisation en Iran», a ajouté la télévision.

«Des attentats terroristes, dont ceux qui ont été perpétrés par Daech* à l'intérieur du Parlement iranien et sur le territoire du mausolée de Khomeini (…) ainsi que les actions des groupes hostiles en janvier dernier au cours des émeutes (…) ont été organisés et coordonnés via cette messagerie», indique la chaîne IRIB citant la décision de la justice.

Il y a une douzaine de jours, l'Iran avait déjà interdit aux administrations de se servir de Telegram, application largement utilisée par les médias, le personnel politique, les entreprises mais aussi les citoyens ordinaires.

Telegram avait jusqu'ici 40 millions d'utilisateurs en Iran.

Le gouvernement bloque sur internet l'accès à de nombreux sites considérés comme criminels ou choquants mais beaucoup d'Iraniens contournent ce filtre en utilisant un logiciel VPN qui fournit des liens cryptés vers des réseaux privés installés à l'étranger. Cela permet aux internautes d'utiliser leurs ordinateurs comme s'ils se trouvaient dans un autre pays.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Entre 40 et 70% de l’humanité sera infectée par le coronavirus dans l’année, alerte un chercheur de Harvard
Tags:
terrorisme, Telegram, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook