Ecoutez Radio Sputnik
    Tchernobyl

    Ces endroits abandonnés qui donnent la chair de poule (images)

    © AFP 2018 Sergei Supinsky
    Société
    URL courte
    2160

    Prypiat, Kolmanskop, Sathorn Unique Tower, l'île-navire Hashima … Bâtis il y a des dizaines d’années, ces sites désertés se sont aujourd’hui transformés en destinations touristiques pour les uns et en cauchemar pour les autres.

    Beaucoup d'endroits sur notre planète ont été abandonnés par l'homme pour toujours. Lorsqu'on les observe, la chair de poule nous envahit et la curiosité se mêle à l'horreur.

    Sputnik vous propose sept lieux qui ne peuvent qu'attirer votre attention.

    Sathorn Unique Tower: la tour effrayante

    Bâtie dans les années 90, la tour devait être de haut standing pour les habitants les plus riches et les plus populaires de Bangkok. Mais en raison de la grosse crise économique de 1997 qui a ruiné la ville, les 49 étages et les 560 chambres, conçues pour être luxueuses, sont restés à l'état de construction.

    Les bruits suspects et les rumeurs sur des meurtres et des suicides ont fait de cette bâtisse, qui aurait dû être un chef d'œuvre architectural, un lieu fantomatique, mystérieux et dangereux, indique le portail Aphadolie.

    Kolmanskop, une ville fantôme en Namibie

    Colonisée par les Allemands au début du XXème siècle, Kolmanskop a été bâtie en 1908. Cette petite ville a connu une prospérité fulgurante grâce à l'exploitation du diamant. Pourtant, après la Première Guerre mondiale, le cours du diamant a totalement chuté, et l'exploitation de Kolmanskop n'avait alors plus aucun intérêt économique, raconte le portail Gentside.

    Actuellement, la nature a laissé place à des maisons vides, abandonnées et défraîchies, où le sable du désert de Namibie est devenu maître des lieux.

    L'île-navire Hashima, la Grise

    À quelques kilomètres du littoral japonais, au milieu de la mer d'Amakusa, se trouve une île insolite, d'une longueur de 480 mètres pour une largeur de 160 mètres, abritant la ville abandonnée de Hashima, indique Voyageurs-du-net.com.

    Personne n'habitait sur Hashima avant qu'un gisement de houille n'y soit découvert en 1810. Dès lors, l'activité minière s'y est développée, transformant l'île en ville densément peuplée. Mais la généralisation du pétrole comme nouvelle source d'énergie a rendu la mine obsolète. Depuis 1974, la ville n'est plus habitée.

    Les conditions climatiques, notamment le passage des typhons, accélèrent le délabrement des bâtiments et des installations minières abandonnés, qui contribuent à en faire aujourd'hui l'une des villes abandonnées ou «villes fantômes» les plus impressionnantes au monde.

    Le Phare d'Aniva, sur l'île de Sakhaline

    Construit en 1939 par des ingénieurs japonais, il a été utilisé par les militaires russes et nippons pendant de nombreuses années. Cependant, en 2006, les militaires ont retiré les deux installations d'isotopes qui alimentaient le phare. Depuis lors, il a été pillé et oublié par le temps.

    Le clocher englouti dans le lac de Resia

    S'il y a bien un endroit en Italie qui semble abandonné par l'homme, c'est sans aucun doute le lac de Resia, note le portail Generationvoyage.fr. Dans les années 1950, à cause de l'instauration d'un barrage hydraulique, les eaux ont englouti tout un village.

    Tout ce qui pouvait retenir les eaux a été détruit: 170 maisons, 120 exploitations agricoles, écoles, granges, tout fut rapidement noyé. Le dernier dimanche de juillet 1950, décision a été prise de faire exploser l'église, qui ne s'est pas écroulée et a résisté.

    Le clocher résiste encore aujourd'hui, puisque c'est l'unique édifice que l'on peut venir voir à la surface du lac de Resia.

    Le château explosif de Bannerman

    Sur une île au milieu de la rivière Hudson, près de Beacon, dans l'état de New York, Francis Bannerman a construit en 1900 un château afin d'y entreposer des armes pour sa propre société d'armement, rappelle Urbexplayground.com.

    En 1920, après sa mort, une violente explosion a détruit une partie du complexe. En 1969, une autre a rongé ses sols et plafonds. Depuis lors, l'endroit est à l'abandon. En 2015, une femme a été accusée du meurtre de son fiancé sur ces lieux, après une escapade en kayak.

    Prypiat, l'ombre de Tchernobyl

    En 1986, l'agglomération de Prypiat, en République soviétique d'Ukraine, comptait un peu moins de 50.000 habitants, des dizaines d'écoles primaires, un hôpital pouvant accueillir 410 patients, deux stades, trois piscines et une centrale nucléaire à 3 km…

    Публикация от tanel (@tanel_pa) 19 Апр 2018 в 6:39 PDT

    L'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl a provoqué l'évacuation de toute la ville. Comme l'indique L'Express, trente ans après ce terrible drame de l'industrie nucléaire, Prypiat est toujours au cœur de la zone d'exclusion hautement radioactive, à cheval entre l'Ukraine et la Biélorussie. La ville désertée est aujourd'hui visitée par de rares agences de tourisme y étant habilitées par Kiev. 

    Lire aussi:

    Le paradis pour les introvertis ou les maisons les plus isolées du monde (photos)
    Paysages bluffants et ruines immergées: découvrez le lac aux mille îles en Chine (photos)
    La météo apocalyptique à Moscou fait penser à ses habitants à rentrer à la nage (images)
    Tags:
    Ukraine, Italie, Bangkok, Sakhaline, Japon, Namibie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik