Ecoutez Radio Sputnik
    La Wehrmacht fusille des Polonais en 1939

    «À la gloire de la Wehrmacht» ou quand un magazine britannique fait l’apologie du nazisme

    © Sputnik . RIA Novosti
    Société
    URL courte
    16203

    Un magazine britannique a provoqué un grand scandale sur Internet en publiant un article glorifiant le courage des Allemands, peu nombreux, qui faisaient face à de nombreux alliés «injustes» pendant la Seconde Guerre mondiale. Cet article «nazi» s’est vite transformé en un texte sur l’histoire.

    Le magazine britannique de droite The Spectator a publié un article en ligne intitulé «À la gloire de la Wehrmacht». Bien que le texte ait été rapidement modifié, des captures d'écran de la version originelle ont circulé sur Twitter.

    ​Le titre de l'article, signé Taki, a par la suite changé en «La vérité sur le jour J», face à l'indignation qui agitait les réseaux sociaux. Le début du texte a également été modifié de: «La véritable histoire du jour J est l'héroïsme des soldats allemands qui étaient en infériorité numérique mais qui ont combattu noblement et jusqu'à la mort», à un plus acceptable «Ne croyez pas la version d'Hollywood. Le fait est que la Wehrmacht était une cible facile».

    ​Nous devrions, selon l'auteur, nous sentir désolés pour les 76.000 Allemands des troupes de réserve qui «ne s'étaient pas entraînés au combat», mais qui se sont battus courageusement et noblement contre les 150.000 soldats britanniques, américains et canadiens, apparemment injustes…

    Après une vague d'indignation, l'article de The Spectator s'est donc transformé en un aperçu historique de la Seconde Guerre mondiale, mais son «passé nazi» a vite refait surface sur les réseaux sociaux. 

    Lire aussi:

    Pour le 9 mai, la flotte du Nord va déployer un drapeau de la victoire géant
    Comment Hitler est arrivé à vaincre si facilement la puissante armée française
    Les faits et les moments forts à retenir de la bataille de Stalingrad en vidéo
    Tags:
    presse, nazisme, The Spectator, Wehrmacht, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik