Ecoutez Radio Sputnik
    mariage gitan

    Espagne: un mariage de tziganes roumains avec 200 invités payé en monnaie de singe

    © Sputnik . Konstantin Chalabov
    Société
    URL courte
    151426

    Les propriétaires d'un restaurant espagnol ont payé, contre leur gré, un festin de 8.000 euros pour des jeunes mariés tziganes roumains.

    De jeunes mariés ont invité 200 personnes pour fêter leur union dans un restaurant de la commune de Viviero (province espagnole de Lugo), laissant les propriétaires avec une addition non-réglée, annoncent les médias espagnols.

    Selon ces derniers, les jeunes mariés n'ont pas lésiné sur les dépenses, le montant de la facture étant supérieur à 8.000 euros.

    Ce sont des tziganes roumains qui ont décidé de fêter ce mariage, versant un acompte de 1.500 euros, présentant leurs papiers, signant un contrat et donnant leurs numéros de téléphone.
    Le festin s'est déroulé sous les ballades de Nicolae Guta, venu spécialement de Roumanie. La mariée portait une robe décorée de cristaux Swarovski, les invités profitant du vin et du whisky servis à volonté.
    Au moment de régler l'addition, il a été déclaré aux propriétaires du restaurant que le père du jeune marié était dans l'incapacité de payer et qu'il le ferait le lendemain.
    Le jour suivant, personne n'est venu régler la note.
    Au bout de quelques jours, les propriétaires se sont adressés à la police, qui leur a dit que quoiqu'il s'agisse d'une famille tzigane bien connue dans la région, elle n'avait pas d'adresse permanente.
    Finalement, les forces de l'ordre se sont adressées aux autorités roumaines pour essayer de retrouver les débiteurs, mais sans succès pour le moment.

    Lire aussi:

    La Russie adresse de vives protestations à la Roumanie au sujet du vol Moscou-Chisinau
    Vin français vs vin espagnol: la hache de guerre bientôt enterrée?
    Vol Moscou-Chisinau dérouté: qui est derrière cette «provocation planifiée»?
    Tags:
    addition, mariage, Espagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik