Ecoutez Radio Sputnik
    Grand requin blanc

    Un petit garçon vs un requin dans un océan de sang: un combat qui effraye (images)

    CC0 / skeeze
    Société
    URL courte
    84717

    Un garçon de 10 ans nageait paisiblement dans l’océan avec son frère lorsqu’un prédateur sous-marin l’a attaqué. L’enfant a crié «requin!» et une énorme tache de sang a immédiatement coloré l’eau. Voici comment s’est terminée cette rencontre qui a récemment eu lieu au large de la Caroline du Sud.

    Un petit Américain de l'île de Hilton-Head, en Caroline du Sud, est parti nager dans l'océan et a failli devenir la proie d'un requin, relatent des médias locaux.

    La mère du garçon, Tonya Turrell, a fait savoir au portail américain People que son fils de 10 ans, Jey, était dans l'eau qui lui arrivait jusqu'à la taille et jouait avec son frère lorsqu'un requin l'a mordu au bras droit. Elle l'a entendu crier «requin!». L'eau autour était de la couleur du sang.

    Heureusement, à ce moment-là, son fils courait déjà vers elle ayant quitté l'eau. Tonya lui a pansé son bras blessé avec la serviette qu'elle avait autour de la taille et a immédiatement appelé les secours. Hospitalisé, le garçon a été opéré et, maintenant, sa mère doute qu'il ne reparte vite se baigner dans l'océan.

    «C'est un véritable soldat. Très brave. Il n'a même pas pleuré», a confié Tonya Turrell.

    Les spécialistes du Muséum d'histoire naturelle de Floride ont examiné les photos de la blessure et ont confirmé qu'il s'agissait d'une morsure de requin, mais n'ont pas réussi à établir son espèce.

    En 2017, 53 attaques de requins ont été enregistrées au large des États-Unis, mais aucune n'a été mortelle.

    Lire aussi:

    Le vrai danger de ce monstre marin: pourquoi il ne faut pas se fier au «lobby pro-requins»
    Les plages où l’on risque de finir dans l’estomac d’un requin
    Comment survivre à une attaque de requin en conseils et anti-conseils
    Tags:
    requins, animaux, Caroline du Sud, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik