Ecoutez Radio Sputnik
    tennis

    Un sportif ukrainien déclare, en russe, qu’il est prêt à «étrangler» les russophones

    © REUTERS / Kai Pfaffenbach
    Société
    URL courte
    12115

    «Quand j'entends le langage russe, cela me fait au début… Tout simplement j’étranglerais immédiatement», le tennisman ukrainien Sergei Stakhovsky, a parlé (en russe bien évidemment) aux médias ukrainiens de son hostilité et de ses préjugés à l'égard des russophones.

    Le joueur de tennis ukrainien Sergei Stakhovsky a raconté dans une interview à la chaîne de télévision ukrainienne 112 Ukraine ce qu'il pensait au sujet des personnes s'exprimant en langue de Pouchkine.

    Bien que de nos jour le fait de remporter la victoire sur un sportif russe ne soit pas une question de principe pour M. Stakhovsky, cela n'a pas toujours été le cas.

    «Mais en 2014, lorsque tout a commencé, j'avais un déclic sur mon niveau subconscient, je pense», a-t-il confié aux journalistes.

    «J'ai cependant un préjugé immédiat envers les russophones. Quand j'entends le langage russe, cela me fait au début… Tout simplement j'étranglerais immédiatement», a déclaré le sportif, ajoutant précipitamment que la partie concernant l'étranglement était une blague.

    Il est pourtant curieux de constater que l'interview elle-même se déroulait en russe, ce qu'a ensuite fait remarquer le journaliste.

    «Seulement ne m'étranglez pas s'il vous plaît. D'accord?», a ironisé le reporter, poursuivant l'interview en russe…

    Le joueur de tennis Sergey Stakhovsky est le vainqueur de sept tournois de l'Association des joueurs de tennis professionnels et aussi finaliste de l'US Open Tennis Championship 2004 en simple garçons.

     

    Lire aussi:

    Donald Trump nomme son sportif préféré
    Intimidé par les fans de Sharapova, un joueur de tennis australien n’ose pas la critiquer
    La star de tennis serbe Novak Djokovic lance un restaurant gratuit pour les SDF
    Tags:
    athlètes, russe, tennis, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik