Société
URL courte
3778781
S'abonner

Paris Herms, âgée de 27 ans et se surnommant la «Barbie réelle de Berlin», peut désormais se targuer d’avoir la plus grande poitrine d’Allemagne, pesant quatre kilogrammes. Pour mériter ce titre, la jeune demoiselle a dépensé 53.420 dollars et se sent maintenant «vraiment heureuse» ainsi que «féminine».

Paris Herms est une jeune brune vivant à Berlin qui se surnomme la «Barbie réelle de Berlin» et se vante d'avoir la plus grosse poitrine de toute l'Allemagne, lit-on dans The Sun.

Pour mériter ce titre, la demoiselle, persuadée que «le plastique est fantastique», a dépensé 53.420 dollars (45.386 euros). Ses nouveaux implants en silicone étant réellement incroyablement gros, chaque sein pèse actuellement plus de 2 kilogrammes.

«Cela fait longtemps que je rêve d'avoir mes seins à deux kilos. Quand je me suis réveillée de l'anesthésie, je me suis sentie extrêmement heureuse», a-t-elle expliqué.

Paris a en outre confié d'où provient son désir inhabituel d'avoir des formes bien distinguées.

«J'aime les gros seins parce qu'ils représentent la féminité, ce que je trouve génial. Je me sens en ce moment vraiment heureuse avec mon corps, au contraire de ce que j'ai ressenti dans le passé», a-t-elle poursuivi.

La «Barbie réelle de Berlin» a ainsi partagé qu'elle était intimidée à l'école, ce qui a déclenché son désir de cette transformation esthétique. La femme a eu ses premiers implants mammaires quand elle n'avait que 18 ans.

Outre les seins, elle a subi d'autres interventions chirurgicales et reste contente du résultat de ses 10 ans de transformations avant de trouver son «bonheur».

 

 

 

Lire aussi:

Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Le canon Caesar toujours aussi performant: Prague proche d’en commander 52 unités
Les chômeurs non vaccinés privés d’allocations en Autriche
La maison d’édition Nawa bientôt dissoute par Gérald Darmanin
Tags:
Allemagne, Berlin, poitrine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook