Ecoutez Radio Sputnik
    Une guirlande de culottes. Image d'illustration

    Il bloque un projet de loi anti-voyeurisme et reçoit une guirlande de culottes en cadeau

    CC0 / Pixabay / 192635
    Société
    URL courte
    130

    Quelques jours après avoir bloqué un texte de loi anti-voyeurisme, le Conservateur de 71 ans a retrouvé une guirlande de culottes sur sa porte.

    La porte de Christopher Chope, ce député conservateur britannique qui a bloqué une proposition de loi proposant de punir de deux ans de prison la prise de photo sous les jupes des femmes, a été «décorée» d’une guirlande de culottes, écrit The Independent.

    ​L’initiative revient à l’artiste Lorna Rees. Elle a accompagné son geste du message: «Personne ne doit avoir la possibilité de prendre en photo mes culottes, tant que je ne le décide pas moi-même». Elle a justifié cette action par le fait qu’au lieu de représenter les intérêts de la population du pays, notamment des femmes, il crie des formalités et se cache.

    En même temps, M.Chope a déclaré soutenir la lutte contre le voyeurisme et a qualifié l’upskirt d’abaissant et inacceptable. Néanmoins, le député de 71 ans a avoué avoir bloqué le projet de loi par principe, car le 15 juin, date à laquelle il a été soumis à l’examen, les députés n’avaient pas suffisamment de temps pour en discuter. «Les suppositions voulant que je sois une sorte de pervers sont contraires à la réalité», a-t-il déclaré.

    Le projet de loi sera réexaminé le 6 juillet prochain. Si adoptée, l’interdiction pourra entrer en vigueur avant la fin de l’été en cours. Le gouvernement britannique s’est déjà engagé à soutenir le projet de loi en question.

    Lire aussi:

    Loi fake news de Macron: pas très évident comme mission selon des analystes
    Moldavie: le Président fait face à la censure antirusse
    Le Brexit devient loi: Élisabeth II approuve la sortie du pays de l'UE
    Tags:
    voyeurisme, culottes, femmes, projet, vote, loi, photo, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik