Ecoutez Radio Sputnik
    EasyJet

    EasyJet réagit après une violente bagarre à bord d’un de ses avions

    © AFP 2018 ALEXANDER KLEIN
    Société
    URL courte
    4141

    EasyJet s’est engagé à faire le nécessaire pour initier des poursuites contre le passager qui a violemment agressé un membre de l’équipage d’un avion de la compagnie aérienne vendredi soir avant le décollage à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle de Paris.

    «Nous ne tolérerons aucun comportement menaçant ou violent envers notre équipage». C'est ainsi que EasyJet a réagi au violent incident qui s'est déroulé vendredi à bord d'un de ses vols au départ de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Des images d'un steward en sang, blessé par les coups d'un voyageur ont depuis fait le tour des médias.

    «Cet incident, impliquant un passager perturbateur […] a été extrêmement pénible pour l'équipage et les passagers à bord avant le décollage», a déclaré la compagnie aérienne dans un communiqué envoyé à Sputnik.

    «Nous faisons tout notre possible pour soutenir les membres d'équipage qui ont été soumis à ce comportement inacceptable», a ajouté EasyJet.
    Le transporteur aérien a aussi fait savoir que le fauteur de troubles avait été arrêté par la police et promettait de faire «le nécessaire pour que des poursuites soient engagées».

    Le 29 juin, lorsque les passagers d'un vol à destination de Palma de Majorque sont montés à bord de leur avion, l'équipage a demandé à quatre d'entre eux de quitter l'appareil à cause de leur comportement inapproprié. C'est lorsque les policiers escortaient ces quatre passagers qu'une cinquième personne a agressé un membre du personnel de bord, en lui donnant un coup de tête, selon The Sun.

    Lire aussi:

    Le Brexit contraint easyJet à créer une nouvelle compagnie aérienne
    EasyJet: des pilotes au bord de la rupture
    Les turbulences font 10 blessés à bord d’un avion d’American Airlines
    Tags:
    avion, bagarre, EasyJet, Roissy, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik