Ecoutez Radio Sputnik
    La police américaine

    Un partisan pro-Trump met K.O. un manifestant antifasciste aux États-Unis (vidéo)

    © AFP 2018 Mandel Ngan
    Société
    URL courte
    6142

    Lors des récents affrontements à Portland (Oregon, Etats-Unis), un partisan du groupuscule Proud Boy, classé «extrême-droite», a mis à terre d’un coup de poing un manifestant antifasciste. Une vidéo de la scène tournée par un témoin oculaire a provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux.

    Une vidéo représentant Ethan Michael Nordean, membre de Proud Boy et connu sous le surnom de Rufio, assénant un coup de poing au visage d'un manifestant antifasciste qui brandissait une matraque lors des affrontements à Portland le week-end dernier, a fait un tollé sur les réseaux sociaux.

    Le coup était si fort qu'il a projeté en l'air les lunettes de soleil de l'antifa et qu'il l'aurait assommé quasi instantanément. Son corps inerte a ensuite été emporté par deux autres manifestants.

    Le coup brutal n'a pas tardé à faire parlé de lui sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes condamnant la violence et l'agression démesurée de Rufio.

    À en juger la vidéo ci-dessous, Ethan Nordean et d'autres membres de Proud Boy ont cloué au sol un autre manifestant dans les instants précédents la confrontation.

    Le groupe Patriot Prayer organisait une marche dans le centre-ville de Portland, mais les manifestants du camp opposé sont également arrivés sur place, si bien que la police a eue tôt fait de révoquer l'autorisation de manifester. Ethan Nordean a été interpellé dans la foulée, mais pour le moment il ne fait l'objet d'aucune poursuite judiciaire. 

    Lire aussi:

    États-Unis: heurts violents entre pro et anti-Trump à Portland
    Réaction de l’UE aux manifestations russes: cherche-t-elle la petite bête?
    Des grenades assourdissantes tirées sur des manifestants pro-Trump à Portland (images)
    Tags:
    extrême-droite, antifasciste, police, États-Unis, Portland
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik