Ecoutez Radio Sputnik
    Un hypermarché Leroy Merlin en Russie

    Comment une employée de Leroy Merlin Russie a «brûlé vive» une femme et a perdu son emploi

    © Sputnik . Vadim Braidov
    Société
    URL courte
    15495

    Sa publication empruntant une expression utilisée par les nationalistes ukrainiens pour désigner les patriotes russes a eu l'effet d'une bombe sur les réseaux sociaux, si bien que son employeur, Leroy Merlin, a été contraint de s'excuser et de la démettre provisoirement de ses fonctions. Mais même sa démission ne semble pas apaiser les tensions.

    La filiale russe de l'enseigne de grande distribution française Leroy Merlin a annoncé ce mardi avoir démis de ses fonctions la directrice PR Galina Panina après qu'une de ses publications sur un réseau social a suscité une réaction négative au sein de la société. Sollicité mercredi par Sputnik, le service de presse a précisé que cette dernière avait signé sa démission. Pendant ce temps, le hashtag #бойкотлеруамерлен (#boycottleroymerlin) a été lancé.

    En effet, Panina avait rédigé sur sa page Facebook un post dans lequel elle a fait état d’un crime qui aurait prétendument eu lieu dans la région de Moscou. Se basant sur les dires d’un stagiaire, elle a fait savoir que des supporters fêtant la victoire de leur équipe avaient «brûlé une jeune femme». Les informations se sont par la suite avérées fausses, mais ce qui a créé un tollé est le fait qu'en répondant aux commentaires qu'a suscités sa publication elle a utilisé un terme employé par les nationalistes ukrainiens à l'encontre des Russes.

    «Au nom de la direction de la compagnie, nous présentons nos excuses pour le post de Galina Panina. L'entreprise ne partage pas l'opinion exprimée par notre employée. Nous comprenons que cette publication a pu blesser les sentiments de nombreuses personnes et il a été décidé de démettre provisoirement Galina de ses fonctions», lit-on sur la page Facebook de l'entreprise.

    Dans une autre publication parue par la suite, il a été précisé que Mme Panina avait officiellement démissionné.

    «Suite à la situation qui s’est créée, je juge comme correct de quitter le poste que j’occupe au sein de l’entreprise Leroy Merlin», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

    Le mécontentement ne s'apaise pas

    Toutefois, ces déclarations et les excuses présentées par l'entreprise ne semblent pas avoir satisfait de nombreux internautes qui exigent dans les commentaires qu'une photo du document officiel attestant de sa démission leur soit livrée.

    «Montrez, s'il vous plaît, un scan de la lettre de démission. Personnellement, je considérerai que vous vous êtes "excusés" et vous oublierez pour toujours», lance un internaute.

    «Aujourd'hui, j'ai acheté de la peinture pour 17.000 [230 euros, ndlr]. Je voulais en acheter chez vous, mais j'ai fini par en acheter à Stroydvor. Dites merci à Panina», écrit un autre, accompagnant son commentaire du hashtag appelant au boycott de l'entreprise.

    D'autres rappellent que la réaction de la directrice du personnel de l'entreprise, Elena Ivachkevitch, qui a conseillé sur les réseaux sociaux à Panina de ne rien faire et de tout simplement ignorer les personnes mécontentes, mérite elle aussi l'attention de Leroy Merlin.

    «Avez-vous informé votre siège principal au sujet de ce simulacre? Savent-ils qu'en Russie travaillent des russophobes? Est-ce logique», s'interroge une commentatrice.

    «Quid de madame qui a donné des conseils pratiques à "Galiousia" [diminutif de Galina employé par Ivachkevitch, ndlr] de tout ignorer et qui est responsable des ressources humaines? Ou bien son comportement est ok pour vous et ignorer est pour vous la norme de comportement avec les clients? L'histoire n'est pas terminée», souligne-t-on sur la Toile.

    Leroy Merlin dispose actuellement de 75 magasins en Russie et projette d'en inaugurer 25 autres avant 2019. En 2017, son chiffre d'affaire local a été de 266 milliards de roubles (près de 3,5 milliards d'euros).

    Lire aussi:

    Un nouveau moteur pour le Falcon 9 explose lors d’un test
    Leroy Merlin: en Russie, la «grogne citoyenne» fait sa première victime
    «Frapper, étrangler, tuer» : comment les réseaux sociaux nous contrôlent
    Tags:
    excuses, démission, scandale, réseaux sociaux, Mondial 2018, Leroy Merlin, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik