Ecoutez Radio Sputnik
    Des INdiennes protestent contre les viols

    En Inde, le viol collectif deux jours durant d'une adolescente provoque l'émoi national

    © AP Photo / Tsering Topgyal
    Société
    URL courte
    5427

    Indignation générale en Inde à la suite du viol collectif d'une mineure de 14 ans, relate le quotidien Métro. Le cauchemar de l'adolescente a duré deux jours.

    Une Indienne âgée de 14 ans a été enlevée puis violée à deux reprises par deux différents groupes d'hommes, qui se trouvent à l'heure actuelle derrière les barreaux. Une fois le crime divulgué au grand public, une vague d'émotion a secoué toute l'Inde, annonce le quotidien Métro.

    L'adolescente avait fugué à moto avec Mohit Baradwage, un jeune de 20 ans l'ayant persuadée de quitter sa maison natale. Acheminée chez un ami du garçon, la jeune fille a été violée par les deux jeunes hommes une première fois, puis séquestrée toute la nuit avant d'être relâchée.

    À peine libérée et alors que ses malheurs semblaient avoir pris fin, la jeune fille a été enlevée à nouveau, cette fois par un groupe de trois hommes dont l'aîné était âgé de 25 ans. Après avoir violé l'adolescente, ils l'ont ramenée sur les premiers lieux du crime, où la jeune fille a dû passer une nuit supplémentaire.

    Lorsque les parents ont prévenu la police de cette disparition, les forces de l'ordre se sont immédiatement lancées à la recherche de l'adolescente et l'ont rapidement retrouvée, dans un état déplorable.
    Les cinq hommes ont été accusés de viol collectif, de séquestration illégale et de crimes sexuels envers mineur. Ils ont été mis derrière les barreaux et l'enquête suit désormais son cours.

     

    Lire aussi:

    Viol de la jeune Khadîdja: énorme coup de filet de la police marocaine parmi les suspects
    Un refugié irakien soupçonné du meurtre d’une fille en Allemagne reconnaît son crime
    En Allemagne, des réfugiés afghans commettent un viol collectif sur une écolière
    Tags:
    viol, prison, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik