Société
URL courte
19746
S'abonner

56 jours se sont écoulés depuis que Meghan Markle, ex-actrice, philanthrope et la femme qui a volé le cœur du prince Harry, est devenue la duchesse de Sussex. La désormais membre de la famille royale a déboursé plus de 175.000 euros pour ses tenues. Ce qui soulève une question: qui paie la facture?

Ces jours-ci, la garde-robe de Meghan Markle ne contient que les meilleurs vêtements des meilleures maisons à la mode. Depuis son entrée dans la famille royale le 19 mai, elle a assisté à de nombreux événements en tant que duchesse de Sussex et pour chacun d'entre eux, elle portait une tenue différente. 15 grands événements, 15 nouveaux looks. Chacun plus ostentatoire et plus cher que le précédent.

Selon The Daily Mail, lors de son récent voyage à Dublin, Meghan a porté pour 31.657 euros de vêtements en seulement 24 heures.

En fait, à ce jour, elle n'a pas porté un seul vêtement en public plus d'une fois, précise le journal.

«Tout cela soulève une question plutôt délicate: qui paie la note?», écrit The Daily Mail, soulignant qu'en ces 56 jours depuis le mariage royal, l'ex-actrice a dépensé plus de 155.000 livres sterling (175.000 euros) pour sa garde-robe.

À titre de comparaison, la Duchesse de Cambridge, Kate Middleton, a dépensé 134.544 euros pour de nouvelles tenues tout au long de l'année 2017 et 113.062 euros en 2016.

«Moins de deux mois après avoir rejoint les rangs royaux, le budget vêtements de Meghan l'a déjà devancé. En effet, si elle continue à son rythme actuel, elle pourrait dépenser près de 1 million de livres d'ici la fin de l'année», conclut le journal.

 

Lire aussi:

Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Tags:
tenue vestimentaire, Meghan Markle, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook