Société
URL courte
353
S'abonner

Couleur de la robe, forme de son col ou chaussures? Non, cette fois-ci, le détail vestimentaire qui a attiré le plus l'attention chez la duchesse de Sussex était son chapeau ou plutôt ce qu'elle en avait fait : elle le tenait dans ses mains.

Samedi, au lieu de suivre le déroulement de la finale du simple femmes de Wimbledon, le public ne semblait n'avoir d'yeux que pour Meghan Markle. Pour assister à la rencontre que disputait son amie Serena Williams, la duchesse était habillée de façon traditionnelle pour elle. Elle portait des vêtements de couleurs claires et un chapeau de style panama. Mais pourquoi le tenait-elle dans ses mains? Voilà bien la question qui souciait l'assistance plus que l'issue du match.

Avec Kate Middleton, elles se sont installées aux meilleures place de la tribune, qui de fait prescrivent certaines limitations aux spectateurs. Ainsi, les femmes qui occupent ces sièges sont priées d'éviter de porter des chapeaux pour «ne pas gâcher la vue aux spectateurs derrière elles», selon les règles pour le siège royal publiées sur le site de Wimbledon.

En même temps, un représentant de la compétition a affirmé à The Daily Mail que les chapeaux de style panama étaient permis. Mais Meghan a, semble-t-il, préféré respecter la règle générale.

Les tenues de la duchesse de Sussex avaient à plusieurs reprises attiré l'attention du public, dont le soutien-gorge «mal choisi», selon les yeux les plus vigilants, la robe choisie pour le baptême du prince Louis ou tout simplement les couleurs de ses vêtements. Dernièrement, c'est la facture de ses tenues qui s'est retrouvée au cœur d'une polémique.

Lire aussi:

Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Élections présidentielles en Biélorussie: les premières estimations tombent
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Tags:
tenue vestimentaire, mystère, questions, chapeaux, Wimbledon 2018, Meghan Markle, Kate Middleton, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook