Société
URL courte
10683
S'abonner

Dans une interview accordée au portail The Daily Beast, Pamela Anderson a bousculé les clichés sur la Russie qui programment les Américains pour la russophobie. Selon l’actrice américaine, les Russes sont différents de l’image qui est habituellement véhiculée d’eux aux États-Unis.

L'image des Russes et la Russie que se font les Américains est déformée par la russophobie, a annoncé l'actrice canado-américaine Pamela Anderson dans une interview accordée au portail The Daily Beast.

«En Amérique, nous [les Américains, ndlr] sommes programmés pour penser que si quelque chose tourne mal, c'est de la faute de la Russie», a-t-elle souligné.

Selon Mme.Anderson, ce cliché américain sur la Russie est devenu un sujet de plaisanterie parmi les Russes.

«Quand je viens en Russie, ils [les Russes, ndlr] demandent "Donc, qu'avons-nous fait de mal cette fois"?», a ajouté l'actrice.

Pamela Anderson a également raconté qu'elle avait vu des larmes dans les yeux de ses interlocuteurs russes lors de discussions sur les mauvais traitements infligés aux animaux, notamment sur la pêche illégale aux baleines et aux dauphins qui sont vendus en Chine.

«Les gens pensent que les Russes sont très effrayants […]. Mais ils peuvent être très émotionnels, compatissants et souhaitant faire de bonnes choses», a conclu Pamela Anderson.

Pamela Anderson connaît bien la Russie et s'y rend assez souvent. La dernière fois c'était à l'occasion de la demi-finale du Mondial 2018 entre la France et la Belgique qui s'est tenue à Saint-Pétersbourg.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Une mannequin se voit refuser l’entrée d'un salon d'aéroport à cause de sa tenue jugée inappropriée – images
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
acteur, cliché, russophobie, Russes, animaux, Pamela Anderson, Chine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik