Ecoutez Radio Sputnik
    Sommeil

    Une femme se réveille et découvre un python royal dans son lit (image)

    CC0 / xiangying_xu / Sommeil
    Société
    URL courte
    317

    A Londres, une femme se réveille, ouvre les yeux et voit un python royal d’un mètre de long blotti dans son lit, tout près d’elle. Terrifiée, elle a sauté de sa couche pour appeler les secours mais une fois revenue, le reptile avait disparu. Des spécialistes ont expliqué comment cela est arrivé, relate le tabloïd britannique The Daily Express.

    La scène a eu lieu à Londres dans un appartement situé dans l'ouest de la capitale britannique. Une femme s'est réveillée un matin et a découvert un python royal d'un mètre de long dormant à côté d'elle dans son lit, apprend-on dans le tabloïd britannique The Daily Express.

    Prise de panique et de peur, la femme est sortie en courant de sa chambre, a fermé la porte à clé et a appelé la Society for the Prevention of Cruelty to Animals.

    Cependant, une fois arrivés sur les lieux, les spécialiste n'ont pas retrouvé le serpent et ont laissé à la femme leurs contacts pour les appeler dans le cas où le python déciderait de revenir un jour…

    Le serpent en question a été attrapé le lendemain soir, lorsqu'il est réapparu sur le palier de l'immeuble.

    L'organisation ne sait pas notamment comment le reptile a pénétré dans le demeure, supposant qu'il aurait pu avoir échappé à son propriétaire à proximité. Les experts ont toutefois souligné qu'en été les serpents avaient plus d'énergie et étaient plus actifs, ayant tendance à échapper à leurs maîtres.

     

    Lire aussi:

    Booba livre son récit de la récente fusillade ayant touché le tournage d’un clip
    La maladie qui a tué Saint-Louis est de retour en France
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    Uzbin, l’embuscade qui a tout changé pour l’Armée française
    Tags:
    femmes, Serpents, python, Londres, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik