Ecoutez Radio Sputnik
    Les crocodiles «Peace and Love» du Burkina Faso. Statues

    Les crocodiles «Peace and Love» du Burkina Faso

    © Sputnik . Safwene Grira
    Société
    URL courte
    Safwene Grira
    241

    À Bazoulé, un village du centre du Burkina Faso, le crocodile est béni. Ces reptiles géants auraient autrefois sauvé des villageois de la sécheresse. Ils continuent de les combler de leurs bienfaits, puisque «la mare aux crocodiles sacrés» est une drôle d’attraction qui séduit bien des touristes. Reportage.

    À une heure de route de la capitale du Burkina Faso, à l'endroit précis où le vacarme urbain de «Ouaga-deux roues» cède le pas au dénuement rural, le voyageur empruntant la route de l'Ouest est interpellé par une drôle d'indication, montrant deux reptiles en chiens de faïence. La «mare aux crocodiles sacrés», principale attraction de cette circonscription rurale de Bazoulé, est annoncée dans sept kilomètres. En quittant la voie bitumée, on emprunte une piste cabossée, non moins praticable, bordée de part et d'autre par les concessions agricoles de villageois, où chèvres et autres ovidés broussent en paix à proximité de cases en paille et en béton.

    • Bienvenue à Bazoulé
      Bienvenue à Bazoulé
      © Sputnik . Safwene Grira
    • Peinture murale d’un crocodile. Au fond, on distingue « la mare sacrée»
      Peinture murale d’un crocodile. Au fond, on distingue « la mare sacrée»
      © Sputnik . Safwene Grira
    • Des statues géantes de crocodiles à l’entrée du complexe touristique
      Des statues géantes de crocodiles à l’entrée du complexe touristique
      © Sputnik . Safwene Grira
    • © Sputnik . Safwene Grira
    • Vue sur les champs du village de Bazoulé
      Vue sur les champs du village de Bazoulé
      © Sputnik . Safwene Grira
    1 / 5
    © Sputnik . Safwene Grira
    Bienvenue à Bazoulé

    Des statues géantes de crocodiles sont majestueusement installées à l'entrée du petit complexe touristique, rappelant au visiteur qu'il est en terrain reptilien conquis. À quelques mètres de la digue qui surplombe légèrement la mare, de joyeux éclats de rire percent le tintamarre ambiant. En s'approchant, le visiteur est interpellé par une scène apocalyptique d'enfants enfourchant, à tour de rôle, des crocodiles aussi dociles que les prédateurs du règne millénaire du Christ sur Terre. Quand «le veau, le lionceau et la bête grasse iront ensemble, conduits par un petit garçon (et que), sur le trou de la vipère, le jeune enfant mettra la main.» (Isaïe, 11: 6-8)

    Pour les habitants de Bazoulé, comme la majorité de la population au pays Mossi, l'ethnie majoritaire du Burkina, la légende des crocodiles est, de fait, tout aussi sacrée que les Saintes Écritures.

    «Les enfants qui viennent pour la première fois sont émerveillés de voir les crocodiles et de les toucher. [Quant aux parents, ndlr], ils ne sont pas inquiets. Comme ce sont des crocodiles sacrés, et qu'on est des Mossis, ils savent qu'ils ne font rien aux enfants, puisque selon l'histoire de Bazoulé, ces crocodiles sont les ancêtres des villageois. Ce sont des êtres humains, en quelque sorte. D'ailleurs, on n'a jamais entendu parler, ici, d'un être humain attaqué par les crocodiles. Même les moutons, les poules qui s'approchent de l'eau, les crocodiles ne les touchent pas, parce qu'ils savent qu'ils appartiennent aux humains», a expliqué à Sputnik Nikéma Abessimo, instituteur burkinabè accompagnant sa classe à cette excursion à Bazoulé.

    D'après la légende, ces crocodiles sont un don du Ciel, «tombés avec la pluie» il y a plusieurs siècles. À l'époque, le village souffrait de soif et de sécheresse. Le point d'eau le plus proche était à une vingtaine de kilomètres. Les crocodiles vivant dans des terriers pleins d'eau mettaient ainsi à la disposition des villageois une source de vie plus accessible et permettaient aux femmes de s'approvisionner sans les attaquer. Depuis, la cohabitation est de mise. On nourrit les crocodiles, et on ne lésine pas sur les hommages… particulièrement lors des occasions les plus douloureuses.

    «Il est mort en 2005, sa femelle vit toujours. Il y a des sacrifices qu'on doit faire avant de les enterrer. Comme les vieux du village» dit Alphone, un habitant de Bazoulé, qui travaille comme guide touristique, en montrant la tombe du «Vieux».

    Plusieurs siècles après leur descente sur Terre, les crocodiles continuent de combler de leurs bienfaits les villageois qui vivent de leurs cultures vivrières, mais aussi du tourisme, malgré l'impact sensible du terrorisme sahélien.

    Sur les quelque 200 crocodiles nageant dans l'immense mare, seuls 7 seraient actuellement dressés pour se prêter aux caprices des touristes qui les enfourchent ou les tirent légèrement par la queue. Les plus cyniques achèteront aux guides un poulet vivant, à 2.000 francs (3 €) pour assister à son exécution, et faire ainsi plaisir au crocodile. Toujours prudents, les guides restent à proximité, souvent en plantant un bâton au dos de la bête pour se prémunir d'un accident tragique, si les sauriens oubliaient un instant leur bienveillance sacrée au profit de leur instinct de prédateur. Les selfies «à bout portant» demeurent, pour leur part, fortement déconseillés. Le cas échéant, on pourrait toujours compter sur quelques larmes sacrées que vous déverseront les crocodiles de Bazoulé.

    Lire aussi:

    Quand les chasseurs deviennent la proie: attaque de crocodile en Australie (vidéo)
    Un crocodile de deux mètres en fuite énerve des habitants en Thaïlande (vidéo)
    Des crocodiles comme s'il en pleuvait: les reptiles se prélassent au soleil (vidéo)
    Tags:
    crocodiles, Burkina Faso, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik