Société
URL courte
3130
S'abonner

Un jeune léopard aura sans doute retenu une leçon à l'issue de cette journée mouvementée: jamais, au grand jamais, il ne faut s'attaquer à un porc-épic. Même pas avec l'intention de jouer et d'en faire son copain.

Dans la nature, il faut rester vigilant et prudent même quand on se trouve au sommet de la chaîne alimentaire. L'histoire de ce jeune léopard, qui n'a pas à craindre de devenir la proie d'une autre espèce animale, le prouve une nouvelle fois.

La scène a été filmée dans le parc national Kruger, au nord-est de l'Afrique du Sud, par Ard van de Wetering qui a saisi l'incroyable opportunité de réaliser cette vidéo lors de son voyage récent dans la réserve.

On ne sait trop si le félin a choisi ce porc-épic comme repas ou comme compagnon de jeu, mais une prudence extrême aurait été de mise dans les deux cas. Le léopard l'aborde d'un côté, mais le porc-épic lui présente ses épines. Alors, il le contourne et essaie de le mordre, mais le porc-épic fait de nouveau volte-face. Le félin se pique à chaque fois, mais n'en démord pas. Il poursuit sa proie (ou son nouvel ami?), mais se fatigue assez vite et s'allonge sur la route pour se reposer. Enfin lassé par «la danse» du porc-épic, le léopard croit bon d'abandonner et de se retirer.

Il faut dire que ce n'est pas la première fois qu'un porc-épic tient tête à un gros félin. Ainsi, toujours dans le parc national Kruger, l'une des plus grandes réserves animalières naturelles d'Afrique, plusieurs porcs-épics ont repoussé l'attaque d'un autre léopard.

Facile quand on a de tels piquants!

Lire aussi:

Joe Biden confond trois fois la Libye et la Syrie à la veille de son sommet avec Vladimir Poutine
Un journaliste US essaie d’interrompre Vladimir Poutine, le Président russe réplique
Une veillée funéraire visée par des tirs de LBD et lacrymos à la Plaine Saint-Denis
Pour s’opposer au racisme, les Bleus poseront un genou à terre face à l'Allemagne
Tags:
porc-épic, félins, léopard, Afrique du Sud, Afrique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook