Ecoutez Radio Sputnik
    Bébé

    Voici une raison de plus pour dire non à l’alcool pour les mères qui allaitent

    CC0 / kelin
    Société
    URL courte
    220

    Si une mère consomme de l’alcool pendant l’allaitement, cela peut affecter le développement du cerveau de ses enfants, ont révélé des scientifiques australiens.

    Des scientifiques de l'Université de Macquarie à Sydney (Australie) ont constaté que la consommation de boissons alcoolisées par les femmes pendant l'allaitement entraînait une altération du développement cérébral des enfants.

    Une étude à long terme, qui a débuté en 2004 et a duré plus d'une décennie, a impliqué plus de 5.000 enfants ainsi que leurs mères. Des spécialistes ont mené une recherche pour mesurer la quantité d'alcool que certaines femmes consommaient pendant l'allaitement. Le développement du cerveau des enfants a été évalué en parallèle tous les deux ans.

    Il s'est avéré que le niveau de consommation d'alcool était lié à la détérioration des capacités de réflexion chez les enfants âgés de six à sept ans. Les experts suggèrent que l'alcool peut modifier la composition du lait maternel, provoquant notamment une pénurie de vitamines chez les enfants. Il est également possible que l'alcool puisse directement endommager leurs cellules cérébrales ou affecter leur cycle du sommeil.

    Bien que les chercheurs n'aient trouvé aucune preuve que le tabagisme pendant l'allaitement puisse également affecter le développement de l'enfant, ils notent qu'il est trop tôt de rejeter l'effet négatif des cigarettes pendant cette période. Les scientifiques recommandent aux mères qui allaitent de s'abstenir de consommer de l'alcool et du tabac.

    Lire aussi:

    Des scientifiques révèlent le lien entre le manque de sommeil et l'alcoolisme
    Et si n’importe quelle dose d'alcool avait des effets néfastes pour la santé?
    Le lien entre les émotions et la consommation d’alcool établi
    Tags:
    allaitement, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik