Ecoutez Radio Sputnik
    Le Premier ministre hongrois Viktor Orban

    «Il y a 30 ans, l'Europe était notre avenir. Aujourd'hui nous sommes l'avenir de l'Europe»

    © Sputnik . Sergei Guneev
    Société
    URL courte
    12561

    Les élections de 2019 seront décisives pour l’Europe, il faut se débarrasser de ses dirigeants actuels n’ayant pas lutté contre l'immigration et il est temps d’élaborer «une politique articulée» à l’égard de la Russie, a déclaré le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, à Baile Tusnad, en Roumanie.

    Dans un discours prononcé à l'Université d'été de Tusvanyos à Baile Tusnad, en Roumanie, le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, s'en est pris aux élites politiques occidentales qui n'ont pas protégé le Vieux Continent contre l'immigration et a prôné une politique plus conciliante envers la Russie.

    Selon lui, la crise migratoire a révélé la faiblesse des dirigeants européens qui ont renié les racines chrétiennes de la civilisation européenne.
    L'élite européenne a fait faillite et «la Commission européenne, dont les jours sont comptés, est le symbole de cet échec», a-t-il déclaré, cité par le site du gouvernement hongrois.

    Il a attribué cette défaite de l'Europe au fait que cette dernière a privilégié l'ouverture plutôt que ses racines chrétiennes.

    «Dans l'Europe de la société ouverte d'aujourd'hui, il n'y a plus de frontières, les Européens peuvent être facilement remplacés par des immigrés, la famille est devenue un cadre de cohabitation facultative et fluide, la nation, l'identité nationale et la fierté nationale sont considérées comme des notions négatives et obsolètes», a-t-il noté.

    Évoquant les relations de l'Europe avec la Russie, il a préconisé une politique plus conciliante envers le pays. Il estime que l'Europe devrait devenir plus pragmatique vis-à-vis de Moscou et a qualifié de «primitive» la politique européenne actuelle. Selon lui, il importe de développer la coopération économique avec la Russie.

    Il est indispensable de pratiquer «une politique articulée» à l'égard de la Russie, a-t-il dit. 

    Viktor Orbán a ajouté que la sécurité de la Hongrie et de l'Europe dépendait également de la stabilité de la Turquie, d'Israël et de l'Egypte. Si l'un de ces trois pays perd sa stabilité, il y aura des conséquences graves pour la sécurité de l'Europe, a souligné le Premier ministre, selon le site de son gouvernement.

    Évoquant les tâches de ce même gouvernement, il a jugé nécessaire d'intégrer le système politique dans une ère culturelle. Son programme tient en cinq points: protection de la culture chrétienne par un rejet de l'idéologie multiculturelle, protection du modèle de la famille traditionnelle, protection des secteurs économiques nationaux stratégiques, protection des frontières nationales avec un rejet de l'immigration et égalité entre toutes les nations au sein de l'UE.

    Toujours selon le Premier ministre cité par le site gouvernemental, l'élection au Parlement européen de l'année prochaine sera le moment de faire les adieux à la démocratie libérale et à l'élite de 1968. Il a déclaré qu'au lieu de la génération de 1968, le moment était venu pour la génération anticommuniste, chrétienne et engagée au niveau national qui a émergé dans les années 1990.

    Il a fait remarquer que, dans l'Europe libérale, l'identité européenne a été réduite à une forme dépourvue de contenu. La démocratie libérale est devenue une «non-démocratie libérale»: il y a le libéralisme, mais sans la démocratie, a-t-il affirmé. Il existe cependant une alternative à la démocratie libérale: la démocratie chrétienne, a noté le site du Premier ministre dans l'exposé de son discours.

    «Il y a trente ans, nous pensions que l'Europe était notre avenir. Aujourd'hui nous croyons que nous sommes l'avenir de l'Europe», a-t-il souligné pour conclure.

    Lire aussi:

    Viktor Orban appelle à abandonner les «cauchemars délirants d'États-Unis d'Europe»
    Ne cherchez plus les têtes de liste aux Européennes: Macron-Verhofstadt Vs Orban-Salvini
    Le Premier ministre hongrois exhorte l'UE à expulser tous les immigrés clandestins
    Tags:
    crise migratoire, démocratie, sécurité, stabilité, collaboration, immigration, Union européenne (UE), Commission européenne, Viktor Orban, Egypte, Israël, Turquie, Moscou, Europe, Russie, Roumanie, Hongrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik