Société
URL courte
5380
S'abonner

Avant la guerre, il n’était pas de coutume dans les familles syriennes de tenir au foyer des chiens qui ne pouvaient que garder le bétail et les champs agricoles, mais tout a changé maintenant. Sputnik a rencontré des promeneurs de chiens dans le parc d’al Jahiz, en plein centre de Damas.

Si avant la guerre, les chiens en Syrie ne servaient qu'à garder le bétail ou une plantation, tout a changé avec la libération du pays des terroristes. Désormais, une nouvelle tendance s'est affirmée dans le pays, et les Damascènes, par exemple, achètent des chiens pour leur confort moral et les gardent dans leurs maisons et appartements, constate Sputnik.

Les habitants de Damas promènent désormais leurs chiens dans les parcs
© Sputnik . Tareq al-Hasaniyah
Les habitants de Damas promènent désormais leurs chiens dans les parcs

Dans le parc d'al Jahiz, au centre de la capitale syrienne, les promeneurs de chiens ont choisi un coin pour ne pas déranger les autres.

Les habitants de Damas promènent désormais leurs chiens dans les parcs
© Sputnik . Tareq al-Hasaniyah
Les habitants de Damas promènent désormais leurs chiens dans les parcs

Des amitiés s'y forgent rapidement sur la base de l'amour pour les animaux à quatre pattes.

Les habitants de Damas promènent désormais leurs chiens dans les parcs
© Sputnik . Tareq al-Hasaniyah
Les habitants de Damas promènent désormais leurs chiens dans les parcs

Des habitants de la ville y viennent également pour mieux connaître les chiens.

Les habitants de Damas promènent désormais leurs chiens dans les parcs
© Sputnik . Tareq al-Hasaniyah
Des chiens

La Damascène Zuhur al Halabi promène sa chienne Lili.

Les habitants de Damas promènent désormais leurs chiens dans les parcs
© Sputnik . Tareq al-Hasaniyah
Les habitants de Damas promènent désormais leurs chiens dans les parcs

Elle dit aimer se promener dans la ville.

Quand elle lui dit qu'elle doit aller faire des courses, Lili le comprend et obéit.

Zuhur est persuadée que c'est le maître qui donne le ton de la communication avec le chien et qui définit les limites de son comportement.

Lire aussi:

Trois roquettes tirées depuis le Liban en direction d'Israël
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
Mère immolée à Mérignac: le garde des Sceaux hué au Sénat
«Ce n’est plus Paris, c’est Kingston en Jamaïque!»: les riverains de Stalingrad crient leur colère
Tags:
chiens, bétail, famille, parc, Sputnik, Zuhur al Halabi, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook