Société
URL courte
162
S'abonner

La pluie d’étoiles filantes des Perséides sera particulièrement brillante le week-end du 11 août grâce à la nouvelle lune. L’absence d’une Lune trop éclairée offrira ainsi aux habitants de l’hémisphère nord «un feu d’artifice spatial» dans toute sa splendeur.

Un spectacle à couper le souffle s'offrira à tous les curieux le week-end du 11 août. La pluie d'étoiles filantes des Perséides sera marquée cette année par le phénomène de la nouvelle lune, ce qui offrira un spectacle saisissant aux habitants de l'hémisphère nord, rapporte la revue Space & Telescope.

Les étoiles filantes sont de petites particules d'une substance interplanétaire dont la taille varie de celle du sable et celle du petits pois. Elles rentrent dans l'atmosphère de la Terre à la vitesse de quelque 20 kilomètres par secondes et brûlent instantanément en laissant dans le ciel des traces brillantes.

D'après les spécialistes, cette année les Perséides seront particulièrement brillantes mais peu nombreuses. Au lieu de 80-100 étoiles filantes par heure que l'on peut voir tous les ans durant la même période, il devrait être possible d'en voir environ 60 à 70 par heure.

Les astronomes soulignent que ces météores ne représenteront aucun danger, ni pour les habitants de la planète bleue ni pour les satellites placés sur orbite.

Les météores se dirigeront vers la Terre depuis les constellations de Cassiopée, de Girafe et de Persée.
Cette année, on pourra également admirer deux autres pluies d'étoiles filantes de Delta aquarides et de Kappa cygnides, dont la lumière ornera les constellations du Verseau, du Cygne et de Lyre. Néanmoins, ces deux pluies seront moins brillantes que celle des Perséides.

Une éclipse solaire aura également lieu le 11 août 2018. L'événement ne sera visible que depuis une partie de l'hémisphère nord, incluant un morceau de l'Asie, de l'Europe et une partie de l'Amérique du Nord. En Europe, la Finlande et la Norvège seront les meilleurs endroits pour contempler cette éclipse.

Les Perséides sont connues depuis près de deux mille ans et on en trouve la première trace écrite dans les annales d'histoire chinoises datant de l'an 36.
Officiellement, on estime que c'est le mathématicien, astronome et météorologue belge Adolphe Quetelet qui a découvert la pluie météorique annuelle des Perséides. Il a annoncé l'existence de ce phénomène en août 1835.

Le nombre de météores scintillants par heure a été calculé pour la première fois en 1839. A l'époque, le nombre maximal d'étoiles filantes à l'heure s'élevait à 160. Les Perséides, des poussières qui proviennent de la queue d'une comète appelée Swift-Tuttle et qui brûlent en entrant dans l'atmosphère terrestre, doivent leur nom à la constellation de Persée.

Lire aussi:

«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
«Lâches», «sans-c***lles»: Brigitte Bardot s’en prend au gouvernement et se dit «écœurée» par l’état de la France
Le directeur du FBI désigne le pays qui représente «la plus importante menace» pour les USA
À la conquête de Sainte-Sophie: le bras d’honneur d’Erdogan à l’histoire européenne
Tags:
étoile, spectacle, ciel, étoiles filantes, éclipse solaire, Terre, Lune
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook