Ecoutez Radio Sputnik
    Requin

    Entre les dents d’un requin: moyens plus ou moins efficaces d’y survivre (images)

    CC BY 2.0 / Travelbag Ltd / Great White Shark in South Africa
    Société
    URL courte
    Ekaterina Yanson
    9132

    La nouvelle de la mort en mer Rouge d’un touriste tchèque déchiqueté par un requin est l’occasion de passer en revue l’ensemble des mesures à appliquer lorsque l’on se retrouve en face d’un squale, ainsi que celles qui sont censées tenir ces dangereux poissons éloignés de leurs proies humaines.

    Le ministère égyptien de l'Environnement a rassemblé une équipe d'observateurs pour détecter les requins près des côtes de Marsa Alam après qu'un touriste tchèque a été tué par l'un de ces prédateurs. Ce groupe est chargé de surveiller l'activité des squales dans la zone.

    Que ce soit en Égypte ou ailleurs, les requins restent un danger pour l'homme. Quel est alors le meilleur comportement à adopter si l'on se retrouve face à face avec un de ces habitants des fonds marins?

    Sortir de l'eau si possible et ne pas se comporter comme une proie

    «Si l'on rencontre un grand requin prédateur, la chose la plus sûre et la plus logique à faire est de sortir de l'eau aussi calmement que possible», explique Jimi Partington, l'un des experts vedettes en requins dans le monde.

    Au lieu de paniquer, de battre l'eau des mains et de faire du bruit, il faudrait tenir bon pour que le requin se rende compte qu'on n'en a pas peur et que son choix de nourriture n'est pas typique. Ainsi, il y a une chance qu'il finisse par repartir d'où il vient.

    Deux types d'attaque de requin

    Les requins peuvent soit se lancer dans une attaque de prédateur traditionnelle, lorsqu'ils prennent les humains pour leur proie, soit les examiner pour comprendre qui est devant lui, et ce toujours avec leur gueule. Quand les squales attaquent, l'issue pour leur proie est dans la plupart des cas létale.

    Pourtant, même dans ce cas extrême, on peut tenter de s'en sortir, poursuit Jimi Partington:

    «Mon conseil numéro un dans ce scénario serait de se battre du mieux possible. Vous essayez de faire comprendre au requin qu'il s'est trompé et que vous n'êtes pas sa nourriture habituelle. Pour ce faire, visez les yeux et les branchies, ce sont les zones les plus sensibles du requin».

    Si l'on est sur une planche de surf, on peut s'en servir pour se protéger «Utilisez votre planche de surf pour créer une barrière entre vous et le requin ou, si vous êtes en train de pratiquer la chasse sous-marine, faites au requin quelques "bosses" pour lui faire savoir que vous constituez aussi une menace et n'êtes pas sa proie habituelle».

    Selon le Dossier international d'attaque de requin (International Shark Attack File, ISAF), une frappe dans le museau du requin, à l'aide idéalement d'un objet — une contre-attaque dont on entend souvent parler — n'est pas une plaisanterie, mais plutôt une possibilité de repousser temporairement le moment de l'attaque.

    S'ils ont décidé de comprendre à qui ils ont à faire, les squales montrent plutôt de la curiosité que l'agressivité et peuvent passer plusieurs minutes à examiner le langage du corps de l'humain, poursuit Jimi Partington. Mais les requins, même les représentants des grandes espèces, préfèrent les proies faciles. Celles qui n'affichent pas leur peur leur serviront probablement moins de déjeuner que celles qui paniquent, estime Ray Mettetal, spécialiste en médecine d'urgence et expert en requins.

    Moyens dissuasifs contre les requins

    L'étude de chercheurs australiens «Réaction des requins blancs aux moyens répulsifs récemment élaborés» distingue quatre groupes de moyens répulsifs: visuels, acoustiques, olfactifs et électriques.

    Concrètement, il existe des combinaisons de plongée et des auto-collants pour les planches de surf colorés de façon à perturber la vison des requins (les diverses teintes de bleu dissimule le plongeur ou le surfeur dans l'eau qui les entoure).

    Un répulsif acoustique portable émet un mélange de cris d'orque et une fréquence spéciale. L'entreprise se spécialisant dans l'élaboration de ces moyens de dissuasion, SharkStopper, affirme que les tests ont prouvé leur efficacité sur plus de 15 espèces de requin, y compris le grand blanc, le requin-tigre, le requin-bouledogue et le requin-marteau.

    Les répulsifs incluent également des aérosols qui diffusent des odeurs de requin mort qui dégoûtent les squales.

    Il existe également des répulsifs électriques qui émettent un petit courant électrique dans l'eau. Les requins «possèdent le sens électrique le plus sensible et le plus puissant de tous les animaux du monde», affirme au site AccuWeather Nathan Garrison, co-fondateur de Sharkbanz, entreprise-productrice de répulsifs qui exploitent de technologies magnétiques. Ainsi, lorsque leurs organes sensoriels sont sur-stimulés, les requins ressentent des spasmes et sont obligés de fuir.

    En somme, tous les moyens de cette sorte disponible sur le marché semblent avoir les mêmes désavantages: ils ne sont efficaces que quand les nageurs ou plongeurs ont le temps de les activer avant une attaque imminente de requin. D'ailleurs, les prédateurs devraient se trouver tout près pour ressentir la puissance des appareils.

    De même, alors que les répulsifs ont fait preuve de leur efficacité sur plusieurs espèces de requins, cela n'atteste pas de leur efficacité sur d'autres espèces, estime Nick Whitney, chercheur au Newport Aquarium (Kentucky). De ce fait, les nageurs ne devraient pas absolument compter sur les moyens de ce genre.

    Lire aussi:

    Les plages où l’on risque de finir dans l’estomac d’un requin
    Top-7 des rencontres avec des requins qui ont donné le frisson en 2017 (vidéos)
    Comment survivre à une attaque de requin en conseils et anti-conseils
    Tags:
    comportement, surfeur, nageur, contre-attaque, surfing, attaque, requins, chercheurs
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik