Ecoutez Radio Sputnik
    L'entrée du détroit du Bosphore

    De Crimée en Turquie en radeau: le voyage d’un Russe ne fait pas rire les Turcs

    © AFP 2018 Bulent Kilic
    Société
    URL courte
    116

    Le voyageur russe Youri Bourlak, qui avait l'intention de parcourir les 2.000 kilomètres qui séparent Sébastopol (Crimée) d'Antalya à bord d'un radeau de sauvetage, a décidé d'abandonner son périple après avoir été arrêté à Istanbul par la police turque.

    Les garde-côtes turcs ont arrêté le voyageur russe Youri Bourlak qui a rallié Sébastopol (Crimée) à Istanbul à bord de son radeau en caoutchouc Rasshiva.

    Youri Bourlak, membre de la Société géographique de Russie, prévoyait de parcourir avec son compagnon, Vladimir Likhatchov, quelque 2.000 kilomètres en cent jours en radeau de secours et faire le trajet entre Sébastopol et Antalya en deux étapes: de Sébastopol à Istanbul et d'Istanbul à Antalya, a-t-il précisé dans une interview accordée à Sputnik.

    Selon lui, ils devaient entrer jeudi matin dans le Bosphore, mais, en raison de mauvaises conditions météorologiques, ils avaient fait appel aux garde-côtes turcs.

    «Une tempête nous a emportés à 50 kilomètres à l'est d'Istanbul et de l'entrée du Bosphore. Pour ne pas violer la frontière, nous avons contacté les garde-côtes […] Nous leur avons demandé de nous accompagner jusqu'aux douanes pour nous retrouver en Turquie en toute légalité», a-t-il indiqué.

    Toutefois, apparemment en raison de problèmes de langue, c'est un bateau de secours qui est arrivé sur les lieux pour prendre à bord les deux hommes.

    «Pourtant, j'expliquais en anglais que tout allait bien et que nous avions seulement besoin d'être accompagnés jusqu'au contrôle frontalier afin d'entrer en Turquie officiellement», a ajouté Youri Bourlak.

    Finalement, lors des manœuvres, le bateau de secours a endommagé l'embarcation qui a été remorquée par la suite dans une baie.

    Youri Bourlak a noté que les autorités turques précisaient les circonstances de l'arrivée des voyageurs dans le pays.

    «Une partie de nos affaires et de nos vivres a été inondée, a-t-il poursuivi. Je pensais qu'on allait nous laisser entrer dans le pays, préciser notre identité et nous permettre de repartir pour […] pouvoir continuer notre traversée vers Antalya. Mais maintenant, on est ici, tandis que le radeau est resté là-bas, alors que nos papiers sont retenus par le chef de la police maritime.»

    Youri Bourlak a précisé que le consulat russe à Istanbul s'occupait de l'affaire. En effet, les autorités turques estiment que les deux hommes se trouvent dans le pays illégalement.

    Ajoutant que tout l'appareillage avait disparu du canot, le quai n'étant pas gardé, Youri Bourlak a déclaré qu'il avait décidé d'abandonner.

    «Je n'irai pas à Antalya. Tous les systèmes ont été endommagés ou ont disparu. Et puis j'ai perdu tout mon enthousiasme. On voudrait obtenir le statut officiel de touristes. J'aurais invité ma femme et nous serions rentrés tous les deux par avion. Quant à nos affaires et à notre radeau, il faudra les acheminer par une compagnie de transport en Russie», a-t-il ajouté pour conclure.

    Youri Bourlak a entamé son voyage le 19 juillet dernier pour traverser la mer Noire puis entrer en Méditerranée en vue de faire le trajet entre Sébastopol et Antalya à bord d'un radeau de secours. Lors de l'escale à Istanbul, son compagnon devait céder sa place à la femme de Youri Bourlak, Natalia.

    Bien qu'en présence du radeau, le voyage était réalisé en grande partie à la nage parce qu'il fallait tirer le radeau afin qu'il puisse trouver un courant propice. Les voyageurs devaient arriver à destination avant le 1er novembre.

    Lire aussi:

    Les Américains effrayés par la stratégie de survie des fourmis
    Un poisson énorme à rostre pointu a coulé un bateau de pêche
    La voisine de Gagarine explique quel évènement inhabituel s’est produit le jour de sa mort
    Tags:
    traversée, douane, consulat, garde-côtes, tempête, voyageur, Société géographique de Russie, Bosphore, Antalya, Istanbul, Sébastopol, Crimée, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik