Société
URL courte
486
S'abonner

La naissance d’un bébé n’a pas empêché cette jeune Américaine de poursuivre sa passion pour la pole dance. Sur de nombreuses photos, elle danse à la barre en tenant son fils. Par ailleurs, elle n’a rien contre l’allaitement en public.

Mathea qui pratique la pole dance depuis 2010 n'a pas abandonné sa passion ni pendant sa grossesse ni après la naissance de son fils qui a récemment fêté son premier anniversaire, écrit The Daily Mail.

Selon cette Californienne âgée de 28 ans, de nombreux gens admirent son hobby qui l'a aidée à surmonter sa dysmorphie corporelle et être plus sûre d'elle.

«La réaction est presque toujours l'étonnement et le respect», a-t-elle précisé.

Elle indique également qu'il n'y a pas beaucoup de gens qui la critiquent.

«La pole dance devient plus habituelle, c'est pourquoi les gens généralement reconnaissent et apprécient le talent et la force nécessaires pour faire de la pole dance. En fait, je rencontre très rarement des critiques. La bonne nouvelle est que je ne recherche pas l'approbation des autres. Je danse à la barre puisque cela m'apporte la joie et me permet de rester en forme», a-t-elle expliqué.

​Mathea a pratiqué ce sport jusqu'à son huitième mois de grossesse et l'a repris deux mois après l'accouchement.

Elle prône également l'allaitement en public.

«En tant que femme, mon corps est destiné à l'accouchement et à l'allaitement, et je ne serai pas découragée par la culture obsédée par le sexe et peu éduquée qui considère l'allaitement comme grossière et indécente», a-t-elle résumé.

Par son exemple Mathea espère d'encourager les autres mères.

Lire aussi:

Covid-19 en Île-de-France: «On assiste à une inversion de l'épidémie»
Maroc: ce mal criminel attaque les enfants dans un silence de plomb
Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
Les USA échouent à imposer leurs vues sur l’Iran au Conseil de sécurité de l’Onu
Tags:
allaitement, bébé, danse, Daily Mail, Californie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook