Ecoutez Radio Sputnik
    Derweze, Turkmenistan

    Attention, ça brûle! Voici la «Porte de l’Enfer», dans le désert du Turkménistan (photos)

    © Photo. Wikipedia/Tormod Sandtorv
    Société
    URL courte
    112010

    Au milieu du désert du Karakoum, au Turkménistan, des touristes avides de sensations fortes peuvent observer le spectacle insolite que présente le grand cratère de Derweze, également connu sous le nom de «Porte de l’Enfer». Et ce titre ne lui est pas attribué par hasard...

    Si vous êtes à la recherche d'expériences à vous donner des frissons dans le dos, allez donc faire un tour au beau milieu du désert du Karakoum, à environ 260 kilomètres au nord d'Achgabat, au Turkménistan, où se trouve le grand cratère de Derweze, plus connu sous le nom de «Porte de l'Enfer».

    La «Porte de l'enfer» doit son nom à un foyer de gaz naturel brûlant en permanence depuis qu'il a été allumé en 1971. Le cratère est large de 70 mètres de diamètre. Les points chauds s'étendent sur une zone d'environ 60 mètres de largeur et 20 mètres de profondeur.

    Le site a été découvert par des scientifiques soviétiques en 1971 et ils ont alors voulu mettre en place une plate-forme de forage. Mais après avoir commencé les opérations de forage pour évaluer la quantité de gaz disponible sur le site, le sol s'est dérobé, formant un large cratère.

    Craignant les gaz toxiques libérés par ce gigantesque orifice, les scientifiques ont donc pris la décision d'y mettre le feu. À l'époque, ils pensaient que la totalité du gaz brûlerait en quelques semaines, mais la combustion se poursuit toujours depuis plus de 40 ans!

    Lire aussi:

    Un joueur de rugby demande la nationalité française à Macron, voici la réponse du Président (vidéo)
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    Tags:
    enfer, touristes, photo, Turkménistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik