Ecoutez Radio Sputnik
    Chat

    En Nouvelle-Zélande, les chats ne seront bientôt plus les bienvenus dans ce village

    CC0 / Daga_Roszkowska
    Société
    URL courte
    265

    Les amoureux des félins d’un village du sud de la Nouvelle-Zélande sont en colère. Pour protéger la faune de cette région, les autorités locales souhaitent mettre en place l’interdiction d’avoir un chat, car ils reprochent à ces animaux d’engloutir les oiseaux et les petits mammifères.

    Soucieux de préserver la faune dans la région, le conseil local d'Omaui, un village du sud de la Nouvelle-Zélande, a déclaré la guerre aux chats, souhaitant les interdire sur leur territoire. Selon le programme proposé, les propriétaires de ces félins devront les stériliser, les munir d'une puce électronique, les déclarer et n'auront pas le droit d'en acheter d'autres, relate la CNN.

    «[Les chats] ciblent les oiseaux locaux, ils prennent les insectes, ils prennent les reptiles… tout un tas de choses», a déploré le responsable local de la biosécurité Ali Meade cité par la CNN.

    D'après lui, un chat peut mener sa vie normale à Omaui en faisant ce qu'il souhaite, mais en revanche, lorsque cet animal sera mort, il sera interdit d'en prendre un autre.

    «Nous ne haïssons pas les chats, nous voulons juste préserver la riche faune sauvage dans notre réserve naturelle voisine », a expliqué John Collins, président de l'association de protection de la nature, interrogé par la BBC sur cette décision peu ordinaire.

    Malgré tous ces arguments, les habitants du village sont en colère. Comme l'indique le Otago Daily Times, ils envisagent même de lancer une pétition pour protester contre la mesure annoncée.

    Lire aussi:

    Les femmes sont plus attachées aux chats que les hommes. Et il y a une raison!
    «Qu’est-ce qui est petit et avec des ailes?»
    Une nouvelle station balnéaire turque, cette fois-ci pour les chats!
    Tags:
    espèces animales, interdiction, félins, chats, Nouvelle-Zélande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik