Ecoutez Radio Sputnik
    Carélie

    Le voyage à vélo d’une Française de La Rochelle jusque dans la Russie profonde (photos)

    © Sputnik . Igor Podgornyi
    Société
    URL courte
    Maria Balareva
    8410

    Par curiosité pour la mystérieuse «âme slave» et par passion pour les livres sur les îles Solovki perdues dans la Mer blanche, Françoise Dion de La Rochelle a réalisé un périple à vélo jusque dans le nord-ouest de la Russie. Après ce voyage, elle a confié à Sputnik n’avoir à présent qu’un seul regret: ne pas parler russe.

    Françoise Dion, passionnée pour les aventures à vélo et connue pour avoir entrepris de nombreux voyages de longue durée à bicyclette, est cet été partie de La Rochelle pour effectuer un périple de 3.000 kilomètres sur les traces de «l'âme slave» qui l'a emmenée jusqu'à la mer Blanche en Russie. Dans une interview accordée à Sputnik, Françoise a confié les raisons qui l'avaient poussée à enfin entreprendre le voyage qu'elle rêvait de faire en Russie:

    «J'ai lu deux livres passionnants sur les îles Solovki: Le météorologue d'Olivier Rolin et l'Archipel des Solovki de Zakhar Prilepine. De plus, ma ville de La Rochelle est jumelée avec Petrozavodsk. Je souhaitais découvrir le peuple russe».

    Pour atteindre l'ultime objectif de son périple, Françoise Dion a dû passer par cinq pays: l'Allemagne, la Pologne, la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie. L'hébergement ayant été sa difficulté principale, la voyageuse s'est arrêtée dans des campings et des fermes quand elle passait par la campagne, et dans des hôtels dans les grandes villes, telles que Tartu ou Saint-Pétersbourg.

    La liste de endroits en Russie traversés par Françoise en moins de trois semaines est impressionnante: Saint-Pétersbourg, que la voyageuse a trouvé «sublime», Sortavala et l'île Valaam «superbes», les îles Solovki, les lacs Onega et Ladoga, Priozersk et Pétrozavodsk, tous présentant la richesse de la nature russe.

    «J'ai beaucoup aimé la ville de Priozersk. Calme et aérée. Ces villes moyennes se répartissent autour d'une large avenue centrale arborée. Partout des parcs fleuris offrent des aires de jeux aux enfants», se souvient Françoise.

    Dans la ville de Pétrozavodsk, elle a été reçue dans le cadre du jumelage avec sa ville d'origine:

    «J'ai rencontré des étudiantes en français et leur professeur qui tous ont été adorables. J'ai séjourné chez une étudiante et nous avons partagé des journées à visiter, à aller à la plage. […] À Pétrozavodsk, toutes les personnes étaient tellement gentilles que ça me gênait ne sachant quoi donner en retour», revient Françoise sur son séjour en Carélie.

    Impressionnée par sa première visite en Russie, la voyageuse qualifie ce pays d'espace de contrastes, ayant pu visiter non seulement de grandes villes, mais aussi des villages reculés:

    «J'ai rencontré des gens simples, chaleureux et hospitaliers mais aussi des gens fermés qui refusaient de répondre à mes questions quand j'étais perdue. Il me fallait insister pour rompre la glace. Une fois le contact établi, on me prenait la main pour m'emmener et on me parlait, parlait en russe. Est-ce cela l'âme russe? Ces extrêmes».

    Contrairement aux routes dans les localités éloignées du nord-ouest de la Russie, qui n'ont pas satisfait la voyageuse expérimentée, la nourriture et l'accueil qu'offraient à Françoise Dion des habitants de Carélie l'ont conquise:

    «J'ai très bien mangé partout. Les soupes et les préparations dans les pots sont chaque fois différentes et délicieuses. En pleine campagne, on m'a invitée à manger la solianka.»

    Revenant sur l'accueil accordé par les Russes en Carélie, Françoise se souvient d'un séjour particulier aux alentours de Priozersk:

    «Après solianka dans un hameau, j'ai dormi chez une grand-mère de 80 ans dans sa maison aussi usée qu'elle. Là encore, beaucoup de chaleur et de prévenance malgré la difficulté d'échange verbal.»

    Et de conclure:

    «Mon seul regret: ne pas parler votre langue. La Carélie est une région magnifique et je n'en ai vu qu'une partie.»

    Françoise Dion
    © Photo. Françoise Dion
    Françoise Dion

    Lire aussi:

    Le paradis pour les introvertis ou les maisons les plus isolées du monde (photos)
    Le talent et la beauté de ces femmes russes accélèrent le rythme cardiaque (photos)
    «La Lune a mordu le Soleil»: de fabuleuses photos d’une éclipse solaire submergent le Net
    Tags:
    voyages, La Rochelle, îles Solovki, Pétrozavodsk, Carélie, Saint-Pétersbourg, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik