Société
URL courte
272
S'abonner

Les décolletés des robes de mariée sont de plus en plus bas ces dernières années, a fait remarquer devant ses paroissiens un prêtre d'Oriago, près de Venise, estimant que les mariées présentant trop de chair sur l'autel devraient être soumises à une sorte de taxe de décence, relate le journal local Gazzettino.

S'il s'agit d'une cérémonie religieuse, la correction veut qu'on évite d'arriver les épaules dénudées dans les lieux de culte, mais on oublie souvent que la robe de mariée avec un haut décolleté n'y est pas de mise, a estimé Cristiano Bobbo, prêtre à Oriago, près de Venise.

«Nous pourrions établir une sorte d'offrande à lever proportionnellement à la décence de la robe de la mariée, qui se présente souvent comme étant grossière et vulgaire, de sorte que les moins habillées paient le plus», a déclaré le père Bobbo.

En écrivant aux paroissiens, il a déclaré qu'un nombre croissant de jeunes mariées venaient dans des robes «inadaptées aux circonstances» d'un mariage à l'église.

Selon le religieux, les mariages sont devenus de nos jours des événements sociaux glamour, plutôt que des occasions spirituelles solennelles, alors que les mariées devraient entrer dans des tenues de mariage simples et de «bon goût».

Le père Bobbo a reconnu que sa suggestion était une sorte de plaisanterie provocatrice, mais qu'il aimerait toutefois que la tenue de mariée lors d'une cérémonie religieuse soit «décente et respectueuse».

Lire aussi:

Xavier Bertrand évoque «un risque de guerre civile» sur fond de violences de mineurs
Sous-marins: la France a commencé à avoir des doutes sérieux sur le contrat avec l’Australie à partir de juin
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
En continu: un étudiant tue six personnes et en blesse plusieurs autres dans une université russe
Tags:
Italie, Venise, Cristiano Bobbo, Gazzettino, prêtre, taxes, cérémonie, mariage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook