Ecoutez Radio Sputnik
    Une église à Schweringen

    Rapport: en Allemagne, plus de 3.000 mineurs abusés sexuellement par des membres du clergé

    CC BY-SA 3.0 / Losch / Eigenes Werk
    Société
    URL courte
    13016

    Plus de 3.000 mineurs ont été victimes d’abus sexuels commis par des membres d’établissements religieux catholiques au cours d’une période de plus de 60 ans, d’après un rapport réalisé par un groupe de chercheurs d’une série d’universités allemandes.

    Une étude a établi qu'au moins 3.677 enfants, en majorité des garçons âgés de moins de 13 ans, avaient été victimes entre 1946 et 2014 d'abus sexuels commis par 1.670 membres du clergé catholique en Allemagne, selon les hebdomadaires Der Spiegel et Die Zeit.

    Ces résultats pourraient être incomplets parce que le groupe de chercheurs des universités de Mannheim, Heidelberg et Giessen qui a réalisé l'enquête n'a pas eu d'accès direct aux archives des 27 diocèses allemands, selon l'AFP. Il a en effet examiné 38.000 dossiers et manuscrits sélectionnés et transmis par l'Eglise.

    Selon les auteurs de l'étude, pendant des décennies l'Eglise a «détruit ou manipulé» de nombreux documents relatifs à des suspects et «minimisé» sciemment la gravité et l'ampleur des faits.

    Le rapport relève aussi que les clercs accusés étaient souvent transférés sans que les fidèles ne soient avertis du danger potentiel qu'ils présentaient pour les enfants.

    En tout, seul un tiers des suspects a fait l'objet de procédures en vertu du droit canonique mais les sanctions étaient minimes, voire inexistantes, expliquent les auteurs du rapport selon Der Spiegel et Die Zeit.

    Lire aussi:

    Berlin disposait de la formule du Novitchok depuis les années 1990, selon Die Zeit
    Que Trump, le 3e doigt de la main et l’Europe ont-ils en commun? La réponse du Der Spiegel
    Le relèvement de la Syrie durera tout un siècle, selon Der Spiegel
    Tags:
    église catholique, église, mineurs, abus sexuel, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik