Ecoutez Radio Sputnik
    Fil de fer barbelé

    Quand des étudiants LGBTQ veulent envoyer une éducatrice au goulag et en font l’apologie

    CC0 / Pixabay/ vero_vig_050
    Société
    URL courte
    1055

    Le groupe de défense des droits LGBTQ de l'université londonienne de Goldsmiths a défrayé la chronique dans une série de tweets repérés par le Telegraph. A la suite d'une brouille avec une éducatrice qu'ils menaçaient d'envoyer au goulag, ils ont parlé de ce dernier en termes élogieux le qualifiant notamment de site «éducatif».

    Pas sûr que les historiens soient d'accord avec la représentation que se font les membres du groupe LGBTQ+ Goldsmiths des goulags. Cette association de défense des droits des personnes lesbiennes, bisexuelles, gays, transgenres et queers officiant au sein de l'université du même nom a fait polémique avec une série de tweets diffusés le 10 septembre et depuis supprimés. Le Telegraph s'est notamment emparé de cette histoire qui a vu une association d'une grande université londonienne faire l'apologie des goulags. Le média est parvenu à retrouver les tweets effacés et les échanges sont croustillants.

    LGBTQ+ Goldsmiths suspendu

    Selon le quotidien britannique, cette histoire est partie d'une brouille entre le groupe et une éducatrice spécialisée du nom de Claire Graham. Cette dernière avait critiqué les attaques de LGBTQ+ Goldsmiths contre des universitaires féministes qui s'opposent à l'utilisation des toilettes des femmes par des hommes en phase de transition transgenre.

    Les étudiants avaient reproché à ces féministes d'être des «anti-trans intolérantes» dont les idées «tuent». Pour eux, ces idées doivent être «éradiquées par la rééducation». Les propos avaient alors choqué Claire Graham citée par le Telegraph: 

    «J'ai dit que leur choix de langage, en parlant de liste et de purge de personnes, visait à mettre un terme au débat sur les personnes transgenres et la loi. J'ai ensuite été la cible de désagréables et déshumanisantes menaces à propos de mon envoi vers le goulag. Je me sens mal pour les autres personnes transgenres, car ce type de réponse par quelques individus les fait passer pour gens extrêmes et intolérants.»

    C'est à ce moment que LGBTQ+ Goldsmiths s'est justifié en déclarant qu'«envoyer une intolérante au goulag est en fait un acte compassionnel et non violent». S'en est suivi un «thread» (série de tweets ndlr) qui assurait, entre autres, que la CIA avait propagé des «mensonges» à propos des camps soviétiques.

    «Le système pénal [soviétique, ndlr] était un système de réhabilitation. Le but était de corriger et changer les manières des criminels», explique notamment le groupe LGBTQ.

    «Il y avait des cours réguliers, des clubs de lecture, des équipes de rédaction de journaux, des activités sportives et des représentations», pouvait-on également lire.

    «L'interprétation de l'histoire du système des goulags que fait le groupe LGBTQ est une folie», s'est indignée Claire Graham citée par le Telegraph.

    D'après le quotidien londonien, l'Association des étudiants de Goldsmiths a suspendu le groupe et a retiré son soutien à ses activités. La menace d'envoyer Claire Graham au goulag et le refus de s'excuser ont signé leur fin.

    D'après certains historiens, plus d'un million de personnes seraient décédées dans ces camps soviétiques. 

    Lire aussi:

    Le Pentagone reporte l’ouverture de l’armée aux transgenres
    Personnes transgenres interdites dans l’armée US: Trump explique ses motifs
    Malgré l’interdiction, les personnes transgenres continueront à servir dans l’armée US
    Tags:
    camp, étudiants, Londres, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik