Ecoutez Radio Sputnik
    Les animaux de compagnie des diplomates étrangers à Moscou

    Les animaux de compagnie des diplomates étrangers à Moscou (photos)

    © Photo. Courtesy of the press service of the US Embassy
    Société
    URL courte
    182

    Dans sa carrière, tout collaborateur diplomatique part en mission à l'étranger – loin de son pays, de ses amis et de ses proches. Ce n'est pas toujours facile à vivre, et c'est pourquoi les diplomates adoptent souvent un animal de compagnie.

    Les animaux domestiques dans les ambassades, les résidences d'ambassadeur et les consulats n'améliorent pas seulement le cadre de vie des diplomates, mais remplissent également une mission importante. En fait, les animaux d'ambassade sont également au service de la diplomatie en tant qu'élément de «soft power» de la mission diplomatique aussi bien dans la communication directe avec les invités qu'avec le grand public via les réseaux sociaux.

    Quand l'ambassadeur est en vacances…

    Ce 20 août 2018, une journée d'août ordinaire pendant laquelle le calme médiatique régnait sur le pays et sur le monde, un tweet de l'ambassadeur d'Australie en Russie Peter Tesch a soudainement attiré l'attention de dizaines d'utilisateurs.

    «Sur la photo: la cheminée magnifique de Fedor Chekhtel se trouvant dans mon salon. Mais qui la verra puisque je me trouve au premier plan, moi le beau #Diplochat! Miaou», disait la publication.

    Elle était accompagnée d'une photo avec un chat de race thaï impassible, et derrière lui, dans le salon de l'ambassadeur, dans des tons doux, la fameuse cheminée de Chekhtel avec un tapis rouge.

    En faisant une recherche avec le hashtag #diplochat (#Диплокот), on retrouve une dizaine de publications, pratiquement toutes de l'ambassadeur Tesch.

    «Pendant que l'ambassadeur est en vacances en Australie, les diplochats mènent le bal! Et quelle excellente place pour tout observer. #Diplochat», peut-on lire dans un message du 13 août.

    Sur la photo se trouve un autre chat qui, comme tous ses congénères, aime grimper sur des meubles élevés et regarder les gens d'en haut.

    Les publications de Peter Tesch nous apprennent que ses chats «mènent le bal» dans la résidence en son absence, divertissent ses invités, souhaitent de bonnes fêtes aux utilisateurs et apprennent à se divertir comme tous les chats (se coucher dans les endroits chauds).

    Certains utilisateurs communiquent en plaisantant avec les diplochats. «Gocha, reste sage pour que les collaborateurs de l'ambassade examinent plus vite ma requête de visa», a écrit un utilisateur à l'ambassadeur.

    Gocha fut le pionnier de la diplomatie-chat à l'ambassade d'Australie. Malheureusement, Gocha est décédé en février dernier, après quoi ses fonctions ont été reprises par deux chats thaï.

    De l'Utah à la Russie en passant par la Chine

    L'histoire de Gocha et de ses successeurs a suscité l'intérêt de la rédaction de l'agence de presse Rossiya Segodnya, qui a décidé de demander aux missions diplomatiques d'autres pays quels étaient leurs animaux de compagnie et quel rôle ils jouaient dans la vie des ambassades.

    Dans de nombreuses ambassades, les animaux étaient tout simplement absents ou interdits, et certaines n'ont pas voulu parler de leurs animaux «parce que c'est une affaire privée», cependant certaines missions diplomatiques ont tout de même partagé leurs histoires sur les diplochats et autres animaux de compagnie des diplomates.

    Ainsi, l'ambassadeur américain Jon Huntsman et son épouse Mary Kaye possèdent un berger allemand.

    «Les Huntsman ont appelé leur berger allemand Samy en hommage au restaurant indien de Singapour où Jon Huntsman était ambassadeur des USA en 1992-1993. Samy est un diplomate extrêmement doué. Même s'il peut faire peur au premier abord, en réalité il est très gentil, notamment avec les enfants. Le passe-temps favori de Samy est de pourchasser les oiseaux dans la cour arrière de la Spaso House et de se promener le soir avec ses maîtres dans les rues de Moscou», a déclaré la mission diplomatique.

    Mary Kaye publie régulièrement des photos avec Samy sur sa page Instagram. Ainsi, début septembre, elle a publié une photo avec l'ambassadeur, leur fille Asha et Samy. «Nous profitons des derniers jours d'été à la Spaso House. Fiers de servir les USA à une époque aussi difficile des relations russo-américaines», a écrit Mary Kaye sous la photo.

    Le couple possédait également un autre chien, Oliver, mais il est décédé en juin dernier.

    Samy
    © Photo. Instagram/ Marykayehuntsman
    Samy

    «Si seulement ce petit (Oliver) pouvait parler. Quelles histoires il pourrait nous raconter! Né à Roy, Utah. Au final, il a vécu dans la maison du gouverneur de l'Utah, puis il est parti à l'ambassade des USA en Chine, et après ça il a survécu à la campagne présidentielle. Aujourd'hui il s'est installé à l'ambassade des USA à Moscou pour une nouvelle grande aventure», écrivait Mary Kaye concernant Oliver lors de son arrivée à Moscou.

    Oliver a été enterré sur le territoire de la résidence de l'ambassadeur, la Spaso House, avec le pointeur laser «derrière lequel il courait régulièrement avec Jon». Comme l'écrivait Mary Kaye, Oliver aimait courir non seulement derrière le pointeur laser, mais aussi après les oiseaux, et quand il vivait dans la résidence de gouverneur de l'Utah (Huntsman a occupé ce poste entre 2005 et 2009), il était régulièrement «réprimandé pour ses attaques inattendues contre des passants innocents, y compris des officiers armés des forces de l'ordre».

    «Il était rare qu'il réussisse (à attraper un oiseau), mais un jour il a tué un écureuil — ce qui avait choqué tout le monde dans les rues de Washington. Oliver a vécu une vie pleine de joie en montrant l'exemple à tous ceux qu'il connaissait, surtout les sœurs de Samy (berger allemand), ainsi qu'à Gracie et à Asha, qui se pliaient au moindre de ses caprices. Tu vas nous manquer énormément, mon ami», a écrit la femme de l'ambassadeur après la mort d'Oliver.

    Ozzy, Cassius et une tortue

    Les diplomates israéliens à Moscou sont également de grands amateurs d'animaux. La mission diplomatique a expliqué que l'ambassadeur Gary Koren était venu de République tchèque, où il travaillait avant sa nomination à Moscou, avec le teckel Ozzy, nommé ainsi en hommage au chanteur de rock britannique Ozzy Osbourne.

    Pour sa part, l'ambassadeur de Suisse Yves Rossier possède un bouvier bernois qui participe avec son maître au «travail diplomatique». Le chien Cassius fait son apparition pendant les activités organisées à l'ambassade. Grâce à son caractère sociable, il remplit toutes ses obligations et est devenu populaire auprès des collaborateurs de l'ambassade, ainsi que des visiteurs.

    Ozzy
    © Photo. Сourtesy of the Israeli Embassy in Russia
    Ozzy

    L'ambassadeur de Turquie Huseyin Dirioz a déclaré qu'il adorait les animaux mais n'avait pas pu prendre son chat Kitty à Moscou, et l'avait laissé chez sa fille. Il possédait également un chien, appelé Boss, mais il est décédé.

    Les histoires des animaux domestiques des missions diplomatiques ne sont pas toujours aussi «familiales». Souvent, les animaux vivent simplement sur le territoire de l'ambassade après s'y être retrouvés par hasard ou après avoir été ramassés dans la rue.

    Ainsi, l'ambassade de Corée du Sud a déclaré que deux chats vivaient dans la cour de l'ambassade, et, quand il faisait froid, près du poste de sécurité. Toute l'ambassade se cotise pour nourrir ces chats.

    Sur le territoire de l'ambassade de Finlande vit un chat qui a été ramassé par deux collaboratrices de la mission diplomatique il y a un an. «La mère vit chez une collaboratrice, et ses deux chatons jumeaux chez l'autre. Les petits ont six mois aujourd'hui», a partagé la mission diplomatique.

    L'ambassade de Suède a déclaré que «des chats et des chiens errants apparaissaient» chez eux, mais que les diplomates n'avaient pas d'animaux permanents.

    Le résident à quatre pattes le plus insolite a été retrouvé à l'ambassade britannique: une tortue de Floride de la famille des Emydidae. Elle passe son été dans un bassin décoratif sur le territoire de l'ambassade, et l'hiver dans un aquarium. L'ambassade a expliqué que par temps froid, la tortue était même autorisée à se promener dans les salles de la mission diplomatique. Le personnel de l'ambassade prend particulièrement soin de la tortue depuis presque 15 ans. La tortue n'a pas de nom car on ignore son sexe, mais les diplomates comptent le découvrir en invitant prochainement des spécialistes en la matière.

    © Photo. Courtesy of the British Embassy in Russia

    Les animaux domestiques constituent effectivement une partie importante de la vie des diplomates en mission à l'étranger. Une ambassade a expliqué que parmi les collaborateurs de nombreuses missions diplomatiques existait une bonne tradition: adopter des animaux dans les refuges du pays d'accueil. Et la Russie ne fait pas exception.

    Toutefois, la vie des animaux de compagnie ne se termine pas toujours par leur mort physique. Aussi antiscientifique que cela puisse paraître, l'ambassade d'un pays occidental à Moscou a parlé d'un chat enterré dans le jardin, dont certains collaborateurs affirment que le fantôme rôde à cet endroit. L'ambassade a même promis d'envoyer ses photos — mais de son vivant.

    Lire aussi:

    Et le futur ambassadeur US en Russie pourrait être…
    Jon Huntsman devient le nouvel ambassadeur des États-Unis en Russie
    Chimie avec la Russie: quels intérêts lient le nouvel ambassadeur des USA à Moscou
    Tags:
    diplomates, ambassadeur, tortues, chiens, chats, animaux, ambassade, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik