Ecoutez Radio Sputnik
    Construction d'un gazoduc

    La Russie construira un gazoduc vers la Corée du Sud en passant par la Corée du Nord

    © Sputnik . Igor Zarembo
    Société
    URL courte
    IVe Forum économique oriental (2018) (31)
    12500

    La Russie fournira de l'électricité à la Corée du Nord, à la Corée du Sud et au Japon, a déclaré le ministre russe de l'Énergie, en marge du Forum économique oriental. Le géant gazier russe Gazprom a annoncé pour sa part qu'il allait étudier le projet de gazoduc reliant la Russie à la Corée du Sud en passant par la Corée du Nord.

    Le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak, a fait savoir que la Russie envisageait de ravitailler en électricité la Corée du Nord, ainsi que la Corée du Sud et le Japon.

    «Nous livrons de l'électricité en Chine, nous en fournissons en Mongolie, nous examinons la possibilité d'en vendre au Japon, en Corée du Nord et en Corée du Sud», a indiqué Alexandre Novak dans une interview accordée à la chaine russe NTV en marge du Forum économique oriental de Vladivostok.

    Le géant gazier russe Gazprom a annoncé pour sa part qu'il s'apprêtait à étudier la rentabilité des investissements dans le gazoduc qui reliera la Russie à la Corée du Sud en passant par la Corée du Nord, a indiqué pour sa part au Forum Alexandre Medvedev, vice-président du conseil d'administration du groupe.

    «Ce que cela signifie? Que nous sommes en contact avec nos collègues sud-coréens et nord-coréens, que nous nous préparons à aborder une étape très importante, celle de la justification financière […]. J'espère que dans très peu de temps nous pourrons dire que nous sommes entrés dans cette étape», a-t-il souligné au cours du Forum.

    La relance des négociations sur le projet a été annoncée en juin dernier par Gazprom qui a précisé que le projet de gazoduc vers la Corée du Sud en traversant la Corée du Nord avait fait son apparition en 2011, mais que l'absence de prémisses politiques n'avait pas permis de faire avancer le projet et les négociations avaient été suspendues suite à la détérioration des relations entre les deux Corées.

    «Aujourd'hui, la situation politique est autre et la partie sud-coréenne s'est adressée à Gazprom pour relancer le projet», a indiqué Vitali Markelov, vice-président du conseil d'administration de Gazprom.

    Les parties doivent encore décider du prix, sous forme de retraits d'argent et/ou de gaz, ainsi que des conditions d'hébergement du pipeline par la Corée du Nord, a déclaré David Von Hippel, associé de recherche senior à l'Institut Nautilus pour la sécurité et le développement durable.

    «Les parties devront s'entendre sur la manière et l'endroit où le pipeline sera construit, qui le construira et comment les flux seront contrôlés», a-t-il expliqué.

    Dossier:
    IVe Forum économique oriental (2018) (31)

    Lire aussi:

    Le russe Gazprom et Séoul songent de nouveau à construire un gazoduc via la Corée du Nord
    Nouveau président en Corée du Sud: à quels changements la Russie doit-elle s'attendre?
    Pour Séoul, Pyongyang est toujours un occupant
    Tags:
    gazoduc, investissements, IVe Forum économique oriental (2018), Gazprom, Alexandre Medvedev, Alexandre Novak, Vladivostok, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Japon, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik