Ecoutez Radio Sputnik
    Métro

    Féminisme flagrant? L’épopée d’une démarche scandaleuse contre le manspreading en Russie

    © Sputnik . Kirill Kallinikov
    Société
    URL courte
    Anna Dedkova
    8712

    Savez-vous ce qu’est le «manspreading»? C’est une manière des hommes de s’asseoir en prenant leurs aises. Un phénomène habituel qui a poussé une activiste russe à passer à l’action, en versant de l’eau de Javel diluée sur l’entrejambe de plusieurs hommes. Cette action controversée a suscité de vifs débats en Russie et à l’étranger.

    Agacée par l'habitude des hommes d'écarter largement les jambes en s'asseyant (ou manspreading), l'activiste russe Anna Dovgalyuk a décidé d'agir radicalement. Sur sa chaîne YouTube, l'étudiante a posté une vidéo dans laquelle l'une de ses amies s'en prend aux hommes dans le métro de Saint-Pétersbourg, en déversant sur eux un mélange d'eau et d'eau de javel sur leurs parties intimes. Dans la vidéo, les hommes, ignorant du fait qu'ils seront impliqués dans cette action, réagissent parfois violemment.

    Sans aucun doute, cette action était censée attirer l'attention du public. Et le résultat a été à la hauteur des espérances, mais pas forcément dans le sens souhaité: car si la vidéo est rapidement devenue virale, une armée d'hommes des quatre coins du monde ont condamné l'action et pris la défense des hommes qui ont été punis pour flagrant-délit de manspreading.

    Je briserais le cou de cette femme si elle m'avait fait ça! Elle doit être emprisonnée!

    Je rigolerais si vous aviez essayé cette action sur moi. Je vais vous montrer exactement ce à quoi l'égalité des droits revient après que vous m'ayez agressé…

    Cette femme est la définition d'un extrémiste, je ne vois pas comment quelqu'un pourrait justifier son comportement. Honte aux quelques médias qui ont fait la publicité de cela de manière presque positive. Ironiquement, elle fait beaucoup de mal à la cause pour laquelle elle se bat. Quelle blague.

    Confrontée à une telle indignation publique, l'organisatrice de l'action controversée, Anna Dovgaluyk, n'a pas pu garder le silence et s'est exprimée dans une interview au journal Lenta.ru.

    «Je crois que ce problème n'est réellement remarqué par personne, parce que nous avions quelques mentions, il y a environ un an peut-être, dans les médias russes, et très peu de personnes en ont parlé», a expliqué la jeune femme.

    Anna a précisé néanmoins qu'elle ne se présentait pas comme une féministe, mais plutôt comme une «activiste sociale». Selon elle, l'objectif principal d'une telle démarche est de faire la lumière sur le problème du manspreading.

    Bien que la vidéo ait été accusée d'avoir été mise en scène par la société de production russe My Duck's Vision, Anna affirme avec fermeté que ce n'était pas le cas et qu'elle l'a filmée elle-même. De son côté, la société a également déclaré sur Vkontakte qu'elle n'avait rien à voir avec la vidéo. Selon des sources dans la police de Saint-Pétersbourg, citées par des médias russes, la vidéo pourrait bel et bien être une mise en scène parce que la police n'a reçu aucune plainte après cet incident.

    «Nous avons décidé d'utiliser un mélange qui laisserait sur les vêtements des hommes des taches blanches», a déclaré Anna à Metro. «Les moments désagréables étaient des choses que nous avons laissées dans les coulisses. Il y avait des amis avec nous, des jeunes hommes, alors ils calmaient tout le monde au bon moment, personne ne s'est battu et tout était en ordre.»

    Cette étudiante en droit n'en est pas à son coup d'essai. En 2017, elle avait fait parler d'elle en publiant une vidéo mettant en scène une femme remontant sa robe. Un moyen, d'après Anna Dovgalyuk, d'attirer l'attention sur l'upskirting, cette pratique qui consiste à prendre des photos sous les jupes des femmes à l'aide de son téléphone.

    Le manspreading dans le monde

    En 2015, le terme est entré dans la version en ligne de l'Oxford English Dictionary, mais l'histoire du phénomène est naturellement beaucoup plus longue. Selon The New York Magazine, dans le New York Transit Museum, une exposition «L'étiquette dans les transports publics» est en cours, qui présente notamment des publicités sociales imprimées datant de 1915 et attirant l'attention des usagers sur l'inadmissibilité d'un tel comportement.

    L'année dernière, les autorités de Madrid avaient lancé une campagne pour s'attaquer à cette mauvaise habitude. Les hommes sont notamment invités à «respecter l'espace des autres» et à refermer leurs jambes parfois envahissantes vis-à-vis d'autres voyageurs quand ils occupaient une place assise.

    Des pratiques similaires existent également aux États-Unis, où des publicités sociales s'attaquent de temps en temps au problème. De plus, à New York, le manspreading peut être passible d'une amende de 75 dollars.

    Certains hommes assurent que cette posture est avant tout liée à un besoin physiologique de laisser respirer une partie de leur anatomie souvent comprimée et de favoriser ainsi une meilleure ventilation des gonades, ce qui, on le sait, améliore la production de spermatozoïdes. Cette donnée est inscrite dans l'inconscient collectif, a démontré une étude menée par l'Université Berkeley, en Californie. Les chercheurs ont utilisé les applications des sites de rencontres pour mesurer le succès rencontré par la même personne avec deux photos différentes, l'une avec les jambes fermées, l'autre avec les jambes ouvertes. Conclusion: hommes et femmes sont plus sensibles aux profils qui laissent s'exprimer leur morphologie.

    L'instrumentalisation du manspreading

    La démarche d'Anna a été celle qui a eu le plus d'écho en Russie concernant la lutte des femmes contre le manspreading dans les transports en commun.

    En 2017, c'est Vladimir Poutine qui avait été accusé… de manspreading! Dans le cadre de la sortie de son nouveau livre sur les résultats des élections de 2016 «What Happened», Hillary Clinton avait décidé de se moquer du dirigeant russe, qui «a commis un crime particulièrement grave» en affirmant que «Poutine aime s'asseoir les jambes écartées».

    Lors de sa tentative pour illustrer la pose, elle avait écarté les bras. N'est-ce pas trop modeste pour les personnes qui ont l'habitude de s'asseoir à l'aise? Sans dire que presque tous les hommes politiques apparaissent à un moment assis les jambes écartées, de Donald Trump et Barack Obama à Benjamin Netanyahu et Emmanuel Macron.

    • Donald Trump et Barack Obama
      Donald Trump et Barack Obama
      © AP Photo / Pablo Martinez Monsivais
    • Donald Trump et Emmanuel Macron
      Donald Trump et Emmanuel Macron
      © REUTERS / Jonathan Ernst
    • Donald Trump et Benjamin Netanyahu
      President Donald Trump meets with Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu in the Oval Office of the White House, Monday, March 5, 2018, in Washington
      © AP Photo / Evan Vucci
    • Donald Trump et Vladimir Poutine à Helsinki
      Donald Trump et Vladimir Poutine à Helsinki
      © Sputnik . Alexey Nikolski
    1 / 4
    © AP Photo / Pablo Martinez Monsivais
    Donald Trump et Barack Obama

     

    Lire aussi:

    Ecarter les jambes dans les bus de Madrid, c’est fini messieurs!
    Les belles jambes ne sont pas un atout que pour les femmes…
    Anna Tuv, rescapée du Donbass: «Je suis un témoin vivant de ces crimes»
    Tags:
    manspreading, féminisme, métro, Emmanuel Macron, Vladimir Poutine, Saint-Pétersbourg, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik