Ecoutez Radio Sputnik
    Un hamburger

    Un lien entre la consommation de fast-food et la dépression aurait été établi

    © Sputnik . Petr Chernov
    Société
    URL courte
    340

    Une nouvelle étude de scientifiques britanniques, espagnols et australiens, publiée dans la revue Molecular Psychiatry, pourrait montrer que la consommation de fast-food augmente le risque de dépression.

    La consommation de nourriture issue de la restauration rapide pourrait augmenter le risque de dépression. C'est en tout cas la conclusion d'une nouvelle étude internationale qui encourage également les médecins à conseiller à leurs patients de suivre un régime afin de guérir de la dépression, rapporte l'étude qui a été menée par des scientifiques du Royaume-Uni, d'Espagne et d'Australie et a été publiée dans la revue Molecular Psychiatry.

    Dans le même temps, les personnes qui suivent un régime alimentaire de type méditerranéen risqueraient moins de souffrir de dépression en raison de leur consommation plus élevée de poisson, de fruits, de noix et de légumes qui les aiderait à se prémunir contre la dépression, le trouble mental le plus courant au Royaume-Uni, selon cette étude.

    «Un régime pro-inflammatoire peut provoquer des processus inflammatoires dans tout le corps, ce qui peut directement augmenter le risque de dépression», a déclaré le Dr Camilla Lassalle, auteur principal de l'étude.

    L'analyse montrerait que la nourriture transformée qui contient une grande quantité de graisses et de sucres provoque une inflammation non seulement du tube gastro-intestinal, mais également de l'organisme entier. À cet égard, une mauvaise nutrition aurait le même effet sur le corps que le tabagisme, l'alcoolisme, l'obésité et le manque d'exercices physiques, souligne l'étude.

    «Les processus inflammatoires chroniques, au cours desquels des molécules pro-inflammatoires pénètrent dans le cerveau, peuvent affecter la santé mentale. Ils peuvent également avoir un effet sur les neurotransmetteurs — des molécules responsables de la régulation de l'humeur », explique Mme Lassalle.

    Un repas KFC
    © Sputnik . Natalia Brusnitsina
    Les conclusions des scientifiques sont basées sur l'analyse des résultats de cinq études longitudinales auxquelles 32.908 adultes du Royaume-Uni, de France, d'Espagne, d'Australie et des États-Unis ont participé.

    Selon l'étude, on estime qu'un sixième des habitants du Royaume-Uni connaissent un état de dépression, souvent associé à l'anxiété, comme l'écrit The Guardian. Selon les estimations du Centre britannique pour la santé mentale, chaque année cette maladie coûte 138 milliards USD (117,8 milliards d'euros) à la société britannique.

    Lire aussi:

    Combattre la dépression par les aliments? Rien de plus simple
    Ce mal-être qui ronge 3 mln de Français (ou plus): causes et réalités de la dépression
    La dépression efface vos souvenirs, selon des chercheurs
    Tags:
    malbouffe, hamburger, dépression, Royaume-Uni, Espagne, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik